Le recrutement et les émotions

par La rédaction

Comme dans la vie de tous les jours, les émotions sont présentes dans le monde professionnel et notamment dans le domaine du recrutement ! Aujourd’hui, la question est de savoir s’il est primordial de laisser place aux émotions dans le cadre du recrutement ou est-ce qu’il est impératif de les écarter en ne s’appuyant uniquement sur des décisions rationnelles ? Explications !

 

Les pièges des émotions dans le recrutement

Les émotions sont déclenchées par la perception que nous pouvons avoir des situations et événements. Ces dernières influencent notre jugement et il convient de bien les connaitre pour en déjouer les pièges ! En effet, les émotions représentent un véritable danger car elles ne sont pas basées sur des éléments objectifs et fiables et perturbent réellement notre jugement si précieux ! En plus de cela, une émotion peut vouloir dire plusieurs choses d’un candidat à un autre, et il est impératif d’apprendre à les réguler ! Elles peuvent être définies comme des ressentis et dans le recrutement, il est fort possible que le recruteur se laisse emporter par ces derniers notamment dans le choix final.

Notez-le : tenir compte de ces émotions dans le recrutement peut amener le recruteur vers une déresponsabilisation !

Par ailleurs, en 2020, il est devenu primordial d’éviter les pièges des émotions dans le recrutement en ne se basant uniquement sur des éléments factuels ! D’ailleurs, quotidiennement, de nombreux recrutements sont validés sur la base d’« interprétation maladroite » ! Néanmoins, faut-il nécessairement toutes les éviter ? De quelle manière recruter de manière objective ?

 

Le recrutement et les tests

Puisque tenir compte des émotions dans le recrutement n’est pas une bonne chose, existe-t-il d’autres éléments permettant de prendre une décision basée sur des éléments plus fiables ? La réponse est oui : les tests ! Que l’on parle de test de compétences, de personnalité ou d’aptitudes cognitives par exemple, ces derniers permettent de collecter des informations supplémentaires utiles à la prise de décision. Les tests sont perçus comme une force et permettent de confirmer ou de remettre en cause les premières impressions !

Notons également qu’il s’agit d’un moyen non discriminant de prendre une décision et il convient de préciser que si le recruteur se base uniquement sur ses émotions pour recruter, ce dernier est quasi-certain de ne pas prendre la bonne !

De plus, si nous prenons l’exemple du test de personnalité, il donnera une idée à l’entreprise de la manière dont certains comportements influencent les performances professionnelles du candidat ! Les évaluations semblent donc être l’alternative aux émotions !

Notez-le : les algorithmes sont de plus en plus utilisés par les entreprises pour recruter.

 

Émotion et recrutement ne font pas bon ménage !

En définitive, vous l’aurez compris, les émotions influencent forcément le choix du recruteur et il est préférable de les mettre de côté ou du moins, de mieux les exploiter. D’ailleurs, les entreprises ont un avis tranché sur le sujet : les émotions ne doivent pas être prises au sérieux car tenir compte de ces dernières dans le recrutement, c’est tout simplement décoder les faits et gestes du candidat et dans la pratique, cela peut devenir compliquer ! Et vous, quel est votre avis sur le sujet ?

 

Yasmine BELHO

Articles RH relatifs

1 commentaire

Revue de presse #04 - SociallyUp février 26, 2020 - 2:54

[…] Le recrutement et les émotions – MyRHline – 20/02/20 […]

Répondre

Laisser un commentaire