La « disruption » de la formation

par La rédaction

En proie à des bouleversements majeurs, la formation professionnelle occupera une fois encore une place centrale dans les débats publics des candidats de tous bords à la Présidence.

Le CPF, l’évolution des modes de financement, le décret qualité… autant de mesures qui visent à libérer la capacité d’agir des entreprises et des salariés mais qui ont in fine rendu ce marché toujours plus opaque et codifié.

Mais d’ailleurs, ces réformes répondent-elles vraiment aux problématiques des principaux concernés, stagiaires et responsables formations ? Selon un baromètre du GARF (Groupement des Acteurs et Responsables de la Formation) fraîchement sorti en novembre 2016 étude, 53% des responsables formations sont insatisfaits de la mise en oeuvre de la réforme de la formation.

Et pour cause, le temps est à l’efficacité et à la simplification ! Dans un monde du travail en mutation profonde où les innovations technologiques et les changements générationnels et sociétaux accélèrent l’obsolescence des connaissances, la formation mérite mieux qu’une réforme inopérante et chronophage. Les professionnels de la formation sont confrontés à une équation complexe : mettre en correspondance les besoins des salariés, les besoins des entreprises, les meilleures formations et formats pédagogiques innovants, tout en respectant un objectif de rentabilité.

Des startups l’ont bien compris et tentent d’adresser certains des nouveaux grands enjeux du métier, au rang desquels :

Digitaliser les contenus : La digitalisation des supports de formation est le premier champ de bataille des pionniers de l’innovation de la formation professionnelle. Citons par exemple 360Learning qui accompagne organismes de formation et entreprises dans la mise en oeuvre de LMS des temps modernes pour révolutionner la diffusion des contenus digitaux et maximiser l’engagement des stagiaires numériques ou encore LearnAssembly, qui accompagne les acteurs de la formation dans la conception de formations digitales innovantes (MOOC, SPOC, etc…).

Rendre lisible l’offre de formation disponible : parmi l’offre des 60.000 organismes de formation (!) il est difficile pour les 24 millions de stagiaires annuels et leurs responsables formations de trouver la formation adaptée à leur besoin ; à la diversité de l’offre s’ajoute une grande disparité de la qualité des formations dispensées, pointée dans de nombreux rapports : Guégot (2008), Cherpion (2009). Mais de quels outils disposent-ils pour faire le tri dans cette offre pléthorique ? Le nouveau venu Skillup se présente comme un « Tripadvisor de la formation » avec pour mantra de mettre le stagiaire au coeur de son parcours de formation et de simplifier le travail des responsables formations. Skillup a donc mis en ligne +20.000 formations enrichies de +50.000 avis de stagiaire. Ce travail de collecte, de numérisation, de standardisation des évaluations fait de Skillup la base la plus fiable et complète sur la qualité des formations en France. Le catalogue est doté d’outils à destination des responsables formations pour simplifier la gestion administrative des formations (réservation en ligne, suivi administratif, constitution de plan de formation…).

Ces initiatives sont portées par la montée en puissance des innovations digitales dans le secteur RH et des EdTechs. Reste maintenant aux pouvoirs publics de « s’auto-disrupter » en simplifiant les règles administratives et mécaniques de financement pour que le marché de la formation pro soit uniquement tiré par la qualité, l’efficacité et in fine la montée en compétence des stagiaires au profit de la performance des employeurs.

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire