J'ai testé la création d'un compte personnel de formation

par La rédaction

 

Alors comme des millions de salariés, le lundi 5 janvier a été un grand jour. D'abord ce fut la reprise après la trêve des confiseurs et puis le droit individuel à la formation (DIF) est devenu le compte personnel de formation (CPF). Ouah, une nouvelle aventure commençait. Sauf que pour cela fonctionne, il fallait mettre la main à la patte. Ben oui, c'est au salarié de créer son CPF. Cette fois, on ne peut pas compter sur son employeur pour le faire, faut se prendre en main. Pour cela rendez-vous en terre inconnue sur le site moncompteformation.gouv.fr.

 

  • Mardi 6 janvier, 10H24 : c'est parti, je clique dans la rubrique « titulaire» pour débuter l'inscription. Je saisis mon numéro de Sécurité Sociale, mon nom de jeune fille, mon prénom, une adresse mail, un mot de passe et la confirmation du mot de passe. J'appuie sur « validez » à 10h26. Un message m'indique qu'un mail me sera envoyé afin de valider définitivement mon inscription.

 

  • 10h26'20'' : je reçois effectivement ce mail. Je « copie colle » l'adresse fournie dans le navigateur, je saisis mon identifiant (numéro de SS) et mon mot de passe et accède ainsi au Graal : mon CPF.

 

  • 10H27 : sur une nouvelle page, je dois « saisir mon solde DIF ». Autrement dit les heures capitalisées les années précédentes. Evidemment, j'ignore à combien s'élève mon compteur d'heures. J'active un « tutoriel » qui m'explique que ce chiffre peut être mentionné sur mon bulletin de salaire de décembre. A défaut, mon employeur devra m'adresser un document récapitulant le nombre d'heures DIF. Je vais devoir patienter. Mais moi, je suis d'une nature curieuse.

 

  • 10h30 : je saisis quand même 120 heures (pas grave de toute façon je peux modifier ce chiffre à tout moment tant que je n'ai pas engagé de dossier de formation). Forte de ce capital DIF, je peux accéder au moteur de recherche des formations éligibles au titre du CPF. Là, on me demande le code APE figurant sur mon bulletin de salaire. Et ensuite, je tape les mots clés relatifs à la formation visée. Je tape « réseaux sociaux ». Rien de remonte. J'écris « journaliste ». Là, les réponses sont diverses et variées. Pas décidée à franchir le pas ce jour là, je passe mon chemin. Mais quand même je me dis que celui qui voudrait sélectionner une formation devra être ultra précis dans sa recherche au risque de se voir proposer des formations « out of order ». Ce jour-là, seuls 7500 intitulés de formation étaient accessibles en ligne. Visiblement, 11 000 autres devraient venir étoffer les formations éligibles au CPF. A suivre donc.

 

  • 10H45 : je m'inquiète de savoir de quel délai je dispose pour consommer mes heures de DIF. Faudrait pas que j'en perde le bénéfice quand même. Je suis rassurée, j'ai jusqu'au 30 décembre 2020 pour les utiliser. D'ici là, ces heures vont se cumuler avec les nouvelles heures capitalisées au titre du CPF. Soit 24 heures par an pendant 5 ans puis 12 heures par an pendant deux ans et demi donc maximum 150 heures. De quoi se lancer dans un vrai cursus qualifiant. Ca tombe bien, le CPF doit justement servir à suivre des formations diplômantes ou certifiantes.

 

Sylvie Laidet