Comment allier cadres et transformation d'entreprise ?

par La rédaction

Un tiers des cadres en poste s’inquiètent pour la sécurité de leur emploi, rapportait l’Apec fin 2020. Par ailleurs, le taux de chômage chez les cadres aurait doublé depuis le confinement, selon Gilles Gateau, directeur général de l’Association pour l’Emploi des Cadres (APEC). Pourtant, les dirigeants, RH et responsable formation qui sauront combiner employabilité des cadres et transformation d’entreprise sauront tirer leur épingle du jeu en pleine crise sanitaire. En s’adaptant au changement, en acceptant de bifurquer de leur trajectoire et en bénéficiant des aides du gouvernement, les cadres peuvent agir au cœur des entreprises pour les aider à surmonter cette période aux multiples défis.

 

La sécurité d’emploi des cadres impactée par la crise sanitaire

D’après le baromètre 2020 de la rémunération des cadres de l’Apec publié en septembre 2020, la rémunération des cadres est menacée de quatre manières :

  • Rémunération variable, puisque la majorité des secteurs fonctionnent au ralenti avec des signatures de contrats reportées ou annulées (cadres commerciaux).
  • L’intéressement et la participation, qui sont liés au chiffre d’affaires de l’entreprise (cadres seniors).
  • Les augmentations qui devront suivre les restrictions budgétaires (jeunes cadres)
  • Les possibilités de mobilité professionnelle sont faibles, en interne ou en changeant d’entreprise, l’augmentation de salaire se fera difficilement par cette modalité.

De plus, avec l’effondrement des offres d’emploi, les intentions d’embauche des cadres auraient chuté de 30 à 40 % selon l’enquête de l’Apec présentée au mois d’octobre 2020. Les plus fortement impactés seraient les jeunes diplômés, les cadres senior et les anciens cadres sans emploi, en particulier dans les TPE-PME. En termes de secteurs, l’Apec prévoit une baisse de 40% dans l’industrie, 38% dans l’informatique et 35% dans l’ingénierie R&D.

Accompagnement des équipes à distance, évangélisation des messages de la hiérarchie, maintien d’une cohésion et le réengagement des collaborateurs après les confinements, les managers cadres ont eu à composer avec beaucoup de responsabilités clés en 2020. De fait, ils sont au cœur du réacteur et leurs actions sont décisives pour surmonter la période que traversent les entreprises.

 

La transformation des entreprises s’appuie sur la formation des cadres

Le management par la confiance, la capacité à donner de l’autonomie tout en conservant le lien social au sein des équipes, les cadres et managers ont dû faire preuve d’une grande capacité d’adaptation pendant la crise sanitaire. Le contexte d’activité au ralenti qui se poursuit est propice à la formation des cadres.

En 2021, le FNE-Formation permet aux cadres en chômage partiel de se former et éventuellement de se reconvertir avec une prise de l’État allant jusqu’à 80% de la formation en situation de chômage partiel. L’idée est de faire d’une pierre deux coups : sauvegarder l’emploi par le chômage partiel et encourager à la formation des cadres pendant cette période creuse.

Puisque la mobilité des cadres est considérablement réduite, les RH sont encouragés à envisager la montée en compétences de façon stratégique. L’embauche des cadres au niveau de la direction semble avoir été mise en pause selon une enquête Flexter qui a interrogé chefs d’entreprise et RH. Si 91% des répondants disent maintenir les projets d’embauche de cadres dirigeants, 38 % avouent les avoir décalés. À sa place, 28% des répondants disent avoir recours à un management de transition et un autre 28% font appel à un consultant extérieur. Pourtant, les salariés de plus de 50 ans fortement impactés détiennent des compétences clés et recherchées. Que faire ?

La reconversion des cadres aide à mieux transformer

Avec les aides à la formation des cadres mises en place par le gouvernement, notamment le projet des Transitions collectives, le gouvernement souhaite soutenir les bassins d’emploi locaux en difficulté. Accompagner la reconversion des cadres à l’échelle du collectif assure un transfert de compétences en masse. Du sens à la cohésion d’équipe, ce sont tout un éventail d’attentes auxquelles peuvent répondre ce mode de reconversion des cadres tout en évitant la fuite géographique des compétences. Les compétences véhiculées sont transposées là où elles sont d’utilité soutenant ainsi la transition des entreprises dans des secteurs en difficulté.

Renforcer la transition des entreprises par le partage de compétences

Selon l’enquête Flexter, 36% des dirigeants et DRH interrogés jugent leurs équipes inaptes à développer pleinement leur activité. 46% l’expliquent par un manque de ressources tandis qu’un autre 46% l’attribuent à un manque de compétences clefs.

“Quand on a des compétences rares dans les entreprises, des gens très qualifiés qui ne sont pas employés à temps plein actuellement, cela peut être une opportunité, à la fois pour le cadre ou l’ingénieur d’utiliser ses compétences mais aussi pour l’entreprise qui pourra les accueillir,” analysait Elisabeth Borne dans un entretien avec Cadre Emploi.

Les postes manquants relevés par l’enquête sont des postes de dirigeants (commercial, systèmes d’information, communication et marketing). Les raisons avancées comprennent un

coût trop élevé (50%), un besoin insuffisant pour un temps plein (38%) et le fait qu’un ou plusieurs collaborateurs soient déjà chargés de la mission (18%).

L’externalisation campe alors une solution, notamment par le peu connu mode de travail partagé qui permet de faire appel à des compétences pointues. Pour 57% des interrogés, avoir un cadre ou manager en temps partagé permet d’apporter un regard frais et plus objectif sur une problématique. 56 % y voient l’accès à des connaissances multi-sectorielles et multi-entreprises. Les entreprises aux budgets restreints apprécieront la disponibilité d’une expertise pointue selon leurs besoins, sans avoir à passer par la case embauche. Dans ce contexte-ci, la formation des cadres permet de polliniser l’entreprise en transition de ses compétences acquises de manière ciblée.

En 2021, les cadres peuvent venir dynamiser la transition des entreprises ralentie par la Covid19, ce dans plusieurs secteurs et en particulier au niveau local. Si le statut de cadre n’est plus aussi sécurisant que par le passé, il continue de jouer un rôle important, mais pas forcément celui qu’ils anticipent. Pour les cadres dont l’employabilité est menacée, il sera judicieux d’explorer les options et les différentes perspectives d’évolution en gardant bien en tête que les mécanismes de progression professionnelle d’hier ont bien évolué.

Maï TREBUIL

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire