Et si vous utilisiez un chatbot pour identifier les salariés mécontents ?

par La rédaction

Il s’appelle Amber et c’est une femme. Le chatbot conçu par la start-up américaine inFeedo aide les RH à identifier les salariés mécontents pour empêcher leur départ de l’entreprise. Un robot dopé à l’intelligence artificielle qui a fait ses preuves dans de nombreuses entreprises américaines et qui pourrait arriver en France.
 

Un chatbot aux multiples fonctionnalités pour aider les RH

Le robot Amber n’existe que depuis 2016 mais il fait déjà des ravages. Il offre ainsi une aide précieuse au service des ressources humaines pour identifier les salariés mécontents ou qui ont des soucis personnels pour les aider. L’outil vise à renforcer l’engagement des salariés en jouant le rôle de confident.
Ainsi, il analyse les expressions du visage, le ton et les mots utilisés par les individus pour déterminer leur niveau de bonheur et de confiance.

Les salariés peuvent porter leurs réclamations

Le fonctionnement du chatbot Amber est très simple. En effet, il vous suffit de vous identifier et d’engager la conversation. De plus, le chatbot transmet régulièrement aux salariés des demandes de chat et ce dès leur premier jour dans l’entreprise. Il pose ainsi des questions personnalisées auprès du salarié et celles-ci évoluent selon les réponses. Lorsque les salariés adressent une réponse négative au chatbot, celui-ci cherche à savoir ce qui ne va pas en posant des questions en profondeur. Enfin, quand un salarié exprime son mécontentement de manière régulière, Amber transmet l’information aux RH. Il leur permet de réagir en amont sur la motivation et l’engagement du salarié mécontent.
L’objectif est que le salarié ne quitte pas l’entreprise mais aussi que ces demandes soient considérées par l’entreprise. Le robot va même plus loin puisqu’il informe même les RH des salariés qui souhaitent démissionner en donnant les raisons. Le service des ressources humaines empêche ainsi certains départs et peuvent changer les conditions de travail du salarié si besoin. Le chatbot divise les salariés sur 3 niveaux selon leur bonheur au travail. Ainsi, il y a les salariés à risque élevé, moyen et sans risque. Les questions sont élaborées par l’équipe de la start-up. Une équipe composée de professionnels en psychologie du comportement et en ressources humaines. Les salariés sont satisfaits de l’outil car Amber propose une conversation très humaine.
 
L’équipe de myRHline

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire