3 Questions à… Richard Wyles, CEO Totata Learning Solutions

par La rédaction

Sally-Ann Moore : En 2012 et 2013, en France et en Europe, il y a eu une accélération de l'utilisation de logiciels open source, en partie grâce aux recommandations du gouvernement et de l’Union Européenne. Que conseillerez-vous aux responsables de formation et chefs de projet e-learning qui se trouvent confrontés aux solutions e-learning Open Source ? Quels sont les domaines particuliers du e-learning qui peuvent bénéficier efficacement de solutions open source aujourd'hui ? Pour qui et/ou à quel moment ces solutions vous paraissent adaptées ? Votre entreprise se développe-t-elle dans ce domaine ?

 

Richard Wyles : Nous avons observé une accélération globale de l’utilisation des logiciels open source car il y a moins d’incertitudes à ce sujet dans les entreprises. Un des moteurs de ce constat viens du secteur public qui recommande et préconise de facto l’utilisation des logiciels open source.

 

Je dirais aux DRH et chefs de formation que c’est le moment de reprendre les rênes et la maitrise de leur LMS – il y a souvent une perte du contrôle des plateformes car leur fournisseur LMS s’est fait racheter par un autre groupe et la nature des contrats change, parfois les obligeant à s’engager dans un accord pluriannuel. On perd sa voix et on perd le choix. Il faut s’assurer que votre cahier de charges comprend aussi les logiciels d’open source.

 

Quand nous avons lancé Totara nous avons choisi le modèle “Open source” car nous croyons que cela fourni une plateforme très souple qui adresse les besoins de toutes sortes d’organisation. La taille, le secteur et la géographie d’une entreprise exige des plateformes de nature différentes. Maintenir ainsi une image de marque cohérente peut s’avérer très difficile quand le logiciel n’est pas ouvert ou souple. Une plateforme open source bien conçue et fonctionelle peut résoudre ces différents challenges.

 

Les acheteurs de progiciels savent qu’ils ont énormément d’avantages si ils choisissent l’open source : la liberté des contrats, moins de frais de propriétaire, la maitrise de l’évolution du système, la liberté de modifier le code et de personnaliser les fonctions de leur solution. Bref, c’est la liberté logicielle.

 

 

Sally-Ann Moore : En 2013 votre entreprise a mis en place un grand nombre de projets e-learning chez des entreprises de haut niveau. Parmi ces projets lesquels ont été vos favoris et pourquoi ?

 

Richard Wyles : Nous avons en fait un réseau de plus de 60 partenaires globaux qui gèrent les déploiements de Totara chez nos clients, et qui fournissent tous les services à valeur ajoutée nécessaires pour une installation de LMS réussite.  Et oui, au cours des dernières années il y a eu un nombre de projets importants que j’ai plaisir à citer : Sony Europe, Le parlement du Royaume Uni,  Toyota et MacDonalds.Mais il s’agit pas seulement des grandes marques, nous avons aussi pu constater des innovations et de la créativité chez des organisations moins connues : par exemple une entreprise de formation nous a aidé à développer notre nouvelle boite à outils pour la gestion de la performance.

 

Nous sommes spécialement fiers du travail accompli autour d’Open Badges, basé sur le modèle de Mozilla Open Badges  Framework, qui permet à Moodle dans le secteur de l’éducation et à Totara dans le secteur corporate d’émettre des badges numériques pour les apprenants en reconnaissance de leur apprentissage et de leur acquisition de compétences. Puisque ils sont interopérables, les badges sont compatibles avec toutes sortes de plateformes et contextes web, et le badge contient des métadonnées précieuses avec vérification d’authenticité qu’on ne trouve pas avec un simple CV.

Ceci représente potentiellement une très grande évolution dans et autour la façon dont les réalisations sont reconnues et les accréditations sont désagrégées par les structures d'accréditation monolithiques dont nous disposons actuellement. Ils pourraient vraiment changer tout l'espace de la formation professionnelle.

 

Sally-Ann Moore : En repensant à ces projets, y a-t-il quelque chose de spécial que vous avez appris de cette expérience ou ce que vous feriez différemment en 2014 ?

 

Richard Wyles : Nous sommes toujours motivés et stimulés par les idées et la créativité provenant  de nos utilisateurs. Notre modèle de collaboration sur open source commercial a contribué à faire évoluer Totara en harmonie avec nos clients et partenaires. Nous voulons garder ce modèle à l’avenir. 

Pour l'avenir, je voudrais voir l'espace LMS se déplacer plus rapidement et rester au courant des autres tendances de la technologie en dehors de l'espace d'apprentissage. Des choses comme le mobile, les tablettes, la très grande bande passante et le Cloud

Les LMS vont être impactés par la très grande bande passante : notamment l’extension d’applications et avec les services web. C’est important d’assurer une bonne compatibilité avec des autres systèmes tiers. Je suis enthousiaste au sujet de la création d'une meilleure valeur ajoutée pour avoir de meilleures intégrations et  encore plus de flexibilité entre les différents équipements.

 

À propos de Totara Learning Solutions

 

Totara LMS a été lancé en Mars 2011 avec le but d'apporter les sociétés tous les avantages des logiciels de gestion de l'apprentissage «Open Source».

Totara offre à ses clients une excellente plateforme, avec la flexibilité de posséder et de personnaliser le produit, ainsi que la liberté de choisir un partenaire pour les services de support et développement en fonction de leurs besoins.

Pour les partenaires Totara, le produit offre la possibilité de grandir et de développer des revenus autour d'une gamme de services liés aux implémentations Totara, avec le soutien de l'équipe dédiée Totara en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Totara est entièrement traduit en français et est pris en charge au niveau support technique en tant de langue principale.

Plus d’informations sur : http://www.totaralms.com/about-totara/news/140

 

Retrouvez Totara sur ILEARNING FORUM les 11 et 12 février 2014.

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire