L’industrie des services financiers peine à exploiter le potentiel des femmes dans les top management

par La rédaction

 

  • La 2ème Edition du rapport mondial “Women in Financial Services” constate le lent progrès dans l’accession des femmes à des postes de direction dans les services financiers
  • Si le rythme actuel se poursuit, la part de femmes dans les comités exécutifs ne devrait atteindre les 30% qu’en 2048
  • Les femmes cadres de la finance ont davantage tendance à connaître un conflit de milieu de carrière que dans n’importe quelle autre industrie

 

Globalement, seulement un cinquième des conseils d’administration et 16% des comités exécutifs dans les services financiers comptent des membres féminins, d’après le rapport Women in Financial Services, publié par le cabinet de conseil en stratégie et en direction générale Oliver Wyman. L’amélioration n’est donc que très légère depuis la première édition du rapport publiée en 2014.

Oliver Wyman indique qu’à ce rythme, il faudra encore 30 ans (d’ici 2048) pour atteindre le seuil de 30% de femmes au sein des comités exécutifs dans les services financiers au niveau mondial ; C’est pourtant le niveau minimum pour que leurs voix ne soient pas entendues comme une expression d’un groupe minoritaire mais soient entendues en tant que telles. Actuellement, les pays les plus avancés sont la Norvège et la Suède tandis que le Japon et la Corée du Sud sont très en retard.

Ce rapport analyse 381 organisations du secteur des services financiers réparties dans 32 pays, soit une étude menée auprès de 850 professionnels des services financiers du monde entier et des entretiens réalisés avec plus de 100 haut-dirigeants, femmes et hommes.

Ted Moynihan, Partner en charge de la Practice Services Financiers Monde d’Oliver Wyman commente : "L’industrie est très loin de là où elle devrait être en terme de mixité. Nous espérons que la deuxième édition de ce rapport va faire avancer les discussions et permettra d’aider à la prise de conscience et de faciliter les changements nécessaires dans les services financiers."
"
La faible représentation des femmes dans les comités exécutifs est le problème central. En effet, les décisions stratégiques clés d’une entreprise sont prises au sein de ce même comité exécutif, qui est déterminant pour conduire le succès d’une entreprise. Surtout, sa visibilité, aussi bien interne qu’externe, lui donne un rôle de modèle et de sponsor", ajoute Ted Moynihan.

Autre fait inquiétant, les femmes cadres des services financiers ont davantage tendance à quitter leur employeur, soit 20 à 30% de plus que leurs homologues d’autres industries. L’étude révèle que de nombreuses femmes font face à un conflit de milieu de carrière et sont contraintes à faire des compromis, beaucoup plus que les hommes, notamment en raison de l’insuffisance de flexibilité dans les heures de travail et de soutien pour leurs responsabilités familiales, de leur perception d’un manque d’égalité salariale et de promotion, et de préjugés inconscients.

Astrid Jaekel, Partner et auteur du rapport ajoute : « La diversité doit être considérée comme un impératif commercial et pas seulement comme une contribution à la responsabilité sociale de l’entreprise ou à l’égalité sur le lieu de travail. »

« La mixité permet l’accès à une multiplicité de talents, offre une meilleure prise de décision en rassemblant des perspectives différentes, des services clients de meilleure qualité car plus représentatifs, et ainsi une économie plus forte. Les organisations doivent faire avancer les femmes en leur offrant des solutions structurelles plus audacieuses pour gérer le conflit de milieu de carrière décrit dans le rapport, en créant les dispositifs de travail nécessaires et en adoptant un changement culturel plus profond » ajoute Astrid Jaekel.

 

Le rapport contient également une série de courts articles sur :

  • Les domaines où beaucoup reste à faire (L’Allemagne et la Suisse, la gestion d’actifs et les fonctions risques)
  • Des “success stories” de femmes qui ont réussi à des positions de haute-direction (le secteur public)
  • Les domaines où une nouvelle dynamique est en train d’émerger (le secteur des Fintechs en Chine et les femmes de la génération millénial aux Etats-Unis)
  • Les aspects spécifiques de la diversité (l’égalité des salaires, les styles de leadership)
  • Comment l’industrie peut avancer (un appel à l’action du Club 30%)
  • L’accès aux produits financiers pour les femmes (basé sur une discussion lors d’une table ronde organisée avec le Women’s World Banking)

Scott McDonald, Président et Directeur Général d’Oliver Wyman, conclut ce rapport avec sa vision des progrès faits au sein d’Oliver Wyman.

 

A propos d’Oliver Wyman
Oliver Wyman est un des tout premiers cabinets mondiaux de conseil en stratégie. Avec des bureaux dans plus de 50 villes à travers 26 pays, Oliver Wyman associe une connaissance approfondie des différents secteurs d’activité avec une expertise reconnue en matière de stratégie, d’opérations, de gestion du risque, de transformation organisationnelle et de développement du leadership. Ses 3 700 professionnels aident leurs clients à optimiser leur activité, améliorer leur profil de risques et accélérer leur performance organisationnelle. Oliver Wyman est une filiale du groupe Marsh & McLennan Companies [NYSE: MMC].

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire