SPOC, épisode III de la saga e-learning

par La rédaction

 

Après les MOOC, les COOC, voilà les SPOC. Les Small Private Online Classes pourraient en effet s’imposer comme un nouveau format d’apprentissage à distance. Explications.

 

Un SPOC, c’est quoi ? C’est exactement l’inverse des fameux Mooc (Massive Online Open Courses) et autres Cooc (Corporate Online Open Courses). Autrement dit, les SPOC sont des cours en ligne réservés à 10/12 apprenants triés sur le volet en fonction d’un impératif métier, secteur, management… « Un SPOC peut prendre la forme d’une classe virtuelle en live ou en différée, comprendre des modules de e-learning, des vidéos, des tutoriels, etc. Selon l’organisateur du SPOC –entreprise, école/université-, il peut être diplômant ou juste certifiant », détaille Jean-Marc Fayolle, directeur de E-Learning Time au sein du groupe Abilways.

 

Pourquoi un SPOC et non plus un MOOC ? En fait, à force de vouloir ouvrir les cours au plus grand nombre, il semble que les « Moocers » y aient perdu leur latin. Pour attirer un maximum de profils, les thématiques des cours dispensés sur les Mooc étaient très larges. Parfois trop. A tel point que selon les études, seuls 2 à 5% des apprenants suivent les Mooc jusqu’à leur terme. « Un SPOC est lui réservé à quelques happy few. Le contenu est donc plus ciblé, le tutorat plus facilement personnalisé et l’interaction entre les membres du SPOC rendue plus facile », argumente-t-il.

 

Un SPOC, plus efficace ? Pour l’instant, les experts manquent de recul sur cette nouvelle modalité d’apprentissage. « Néanmoins, en matière de e-learning, plus le tutorat et l’accompagnement sont personnalisés et plus les contenus sont ciblés et mieux cela fonctionne », constate Jean-Marc Fayolle. Sans compter que contrairement aux « Moocers », les « Spocers » n’auront pas d’autre choix que d’être assidus. Sous peine d’être « renvoyés ».

 

Sylvie Laidet

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire