Retour sur la Matinale RH : Digitalisation des Talents !

par La rédaction

La Matinale de MyRHline du 7 décembre 2018 était consacrée aux tendances en matière de Systèmes d’Information appliqués aux Ressources Humaines (SIRH). Elle s’est tenue à Paris dans le 9ème. Sylvain Letourmy, HCM Strategy Director d’Oracle, Olivier Indovino, Expert AMOA SIRH et Président de I-RH Partner et Élodie Champagnat, Product Marketing Director chez TalentSoft ont fait part de leur expérience.
 
Les intervenants ont rappelé que le SIRH n’est qu’un outil et ne remplace pas la prise de décision par l’humain. Le SIRH doit se concentrer sur les sujets qui impactent la performance de l’entreprise. Il doit être piloté par la Direction des Ressources Humaines et non par la Direction des Systèmes d’Information, qui sera plutôt en charge des parties complexes (comme la sécurité ou la migration des données).
Les intervenants ont présenté les différentes finalités d’un SIRH et les règles qui facilitent sa mise en place.
 

Les finalités du SIRH

 

  1. Améliorer les recrutements

 
En amont du recrutement, le SIRH permet de créer des habitudes de communication avec les candidats, ce qui facilitera ensuite leur intégration dans l’entreprise.
Sur ce point, Oracle, fort d’un récent partenariat avec LinkedIn, permet la récupération des profils LinkedIn. Cela leur permet de proposer du matching de profils.
 
L’Intelligence Artificielle peut également améliorer l’efficacité des recrutements. Élodie Champagnat rappelle que la première fonction de l’IA est d’être en mesure de répéter une action de nombreuses fois sans se tromper et de se servir de cette répétition pour anticiper l’avenir. Un recruteur passe en moyenne 6 secondes par CV. Si l’Intelligence Artificielle est en mesure de l’aider à sélectionner des CV, le recruteur pourra se concentrer sur des tâches à valeur ajoutée, notamment sur le relationnel avec les candidats. L’IA, bien utilisée, permettra également de sortir des biais humains qui peuvent avoir pour conséquence de choisir toujours les mêmes profils.
 

  1. Décharger les RH des tâches répétitives et créer de la valeur pour les salariés

 
Le SIRH permet de déléguer à l’outil informatique des tâches routinières et répétitives, telles que l’accession à l’information, l’organisation de rendez-vous, la gestion des invitations ou encore la mise en contact avec des spécialistes d’un sujet (au sein de l’entreprise).
 
L’accès rapide des salariés à l’information en quelques clics est un en enjeu pour les RH. En effet, Sylvain Letourmy rappelle que les salariés s’attendent de plus en plus à retrouver au sein de l’entreprise le même niveau d’expérience utilisateurs qu’ils ont dans leur vie de tous les jours.
 
Olivier Indovino cite l’exemple des Chatbots qui peuvent faciliter l’accès à l’information. Il relève que, comme dans tout SIRH, le plus difficile est la préparation amont. Dans le cas du Chatbot, il recommande aux entreprises de réfléchir aux questions les plus fréquemment posées par les collaborateurs.
 
Enfin, en matière d’objets connectés, les trois intervenants de la Matinale ont rappelé que le téléphone portable reste l’objet connecté le plus simple à utiliser par les ressources humaines. Certaines entreprises l’utilisent pour faire badger leurs salariés, d’autres, pour détecter les situations dangereuses ou encore pour calculer le nombre de pas parcourus dans une journée de travail.
 

  1. Faciliter la mobilité interne et la gestion des talents

 
Grâce au SIRH, le collaborateur peut plus facilement manifester sa volonté d’évolution au sein de l’entreprise. Il accède en quelques clics aux postes ouverts en interne. Les fiches de poste peuvent aussi évoluer rapidement, indépendamment de l’entretien annuel.
 
Sylvain Letourmy évoque la possibilité d’utiliser l’Intelligence Artificielle pour alerter des risques de départ d’un salarié, ce qui est déjà en place au sein de certaines entreprises aux Etats-Unis.
 

Les règles pour mettre en place un SIRH de manière efficace

 
Deux règles de base en amont de la mise en place du SIRH
 

  1. Revoir la qualité des données et leur accessibilité : “si vous ne travaillez pas les données en amont elles ne vous permettront pas de prendre de bonnes décisions” rappelle Olivier Indovino.
  2. Préparer les processus de mise à jour de ces données

 
Choisir des outils standards sur le cloud est un gage de réussite
 
D’après Olivier Indovino, “les clients croient toujours avoir besoin d’un système spécifique mais le plus souvent cela ne vaut pas le coût”. Il conseille au contraire d’utiliser des outils standards sur le Cloud et de résister à la tentation de les adapter au cas de l’entreprise. En effet, dès les premières mises à jour, le système risque d’écraser les adaptations. De plus, les éditeurs font de plus en plus d’applications métiers assez abouties, ce qui justifie de moins en moins de faire du spécifique.
 
En conclusion, un SIRH est un facteur de bien-être au travail puisqu’il facilite la vie des salariés.Sa durée de vie est en moyenne de 10 ans. D’après Olivier Indovino : “la mise en place d’un SIRH est une opportunité pour la Direction des Ressources Humaines de faire bouger l’organisation”.
 
Sandrine BASLE
 
 
 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire