Recruteurs, pourquoi les candidats vous détestent !

par La rédaction

Recruteurs, à moins de vivre dans une grotte ou de vous gavez de vidéos des Bisounours à longueur de journée, vous SAVEZ que les candidats n’ont en définitive que peu de considération pour le job que vous pratiquez… Si vous en doutez encore, allez jeter un œil 4 minutes sur les forums de « candidats en colère »…

Vous voulez savoir pourquoi ? Voici quelques pistes de réflexion.

Vous ne répondez pas aux emails !

Les faits : Le coût psychologique de la candidature étant aujourd’hui réduit à un simple clic pour les candidats, 30% des CV que vous recevez sont complètement en dehors de la plaque… Alors oui, vous n’allez peut-être pas prendre le temps d’ouvrir Word et de rédiger un petit mot personnalisé à chacun de ces spammeurs (oups, pardon… de ces candidats)
 
Le point de vue des candidats : J’ai quand même fait l’effort d’envoyer mon CV, c’est vrai quoi, ils pourraient quand même me répondre… Pfff, 250 candidatures envoyées (250, c’est quand même un GROS chiffre… Ca veut quand même dire que je me suis donné du mal non ?) et ZERO réponse de la part de ces %$` !!?%$ de recruteurs !!! La moindre des choses ce serait quand même de donner signe de vie…
 
Mon point de vue : Ce n’est pas parce qu’un candidat a fait « l’effort » de coller 250 adresses emails choppées à droite et à gauche dans un champ BCC (quand il a la présence d’esprit de le faire…) qu’il est « en droit » d’attendre une réponse de la part du recruteur. Non mais sans rire… Vous vous voyez passer votre temps à envoyer des mails de réponses à tous les spammeurs qui abreuvent votre Outlook chaque matin ? Est ce que l’émetteur de l’email « Enlarge Now !! 3 Inches in 3 Days » s’indigne de ne pas recevoir de réponse personnalisée ???

Quand vous répondez, vous le faites comme un robot…

Les faits : Chaque jour, vous remerciez l’éditeur de votre solution de gestion de CV d’avoir intégré cette option fantastique qui permet d’envoyer les « rep neg » en masse aux 90% de malheureux que vous ne rencontrerez pas… Un clic et BOOOOOM ! 40 candidats viennent de comprendre en un instant qu’ils n’auront pas le privilège de causer avec vous pour tenter de décrocher le job de leur rêves 😉 !!
 
Le point de vue des candidats : J’essaie de me démarquer de ces bozos qui balancent leur candidature à tout va, je cible les boites auxquelles je fais parvenir mon CV, je réponds à des offres raccord avec mon profil, je me défonce pour faire un CV correct et l’envoyer à la bonne personne… et voilà ce que je reçois : « Monsieur, après étude approfondie de votre profil et en dépit de la richesse de votre parcours, blah blah blah….. ». Ils ne pourraient pas passer 4 secondes pour personnaliser un minimum leurs courriers de refus ???!!??
 
Mon point de vue : Si vous envoyez un « rép neg » – même automatisée – vous vous démarquez déjà de la plupart des recruteurs… Soyons réalistes, si vous deviez rédiger une lettre de refus argumentée à chacun des « malchanceux », c’est 3 personnes à plein temps que vous devriez embaucher pour s’occuper de la tâche. Economiquement, cela n’est tout simplement pas tenable. Simplement, si le profil que vous venez de refuser est VRAIMENT susceptible de vous intéresser par la suite, donnez-vous le mal de décrocher le téléphone… Pour vous c’est 3 minutes de votre vie, pour le candidat c’est un signe de reconnaissance qui pourrait bien faire la différence la prochaine fois que vous le recontacterez.

Vos décisions sont irrationnelles !

Les faits : Vous avez monté votre job description, vous recevez du CV, vous retenez les candidats qui sont dans les clous, vous enchaînez les entretiens, vous « testez » les shortlistés et au final vous retenez celle ou celui qui a – selon toutes vraisemblances – les plus fortes probabilités de « fitter » avec le profil recherché. Fin de l’histoire.
 
Le point de vue des candidats : J’avais COMPLETEMENT le profil pour le job… j’ai beau relire l’annonce, je ne comprends toujours pas pourquoi ce dingo de recruteur ne m’a pas retenu pour le poste. En plus, j’étais SUR MOTIVE(E) pour bosser chez eux… Vraiment des fois je me demande sur quels critères les recruteurs prennent leurs décisions…
 
Mon point de vue : Recruter, c’est choisir… et par définition, choisir c’est EXCLURE ! Quand on regarde le process de recrutement par le petit bout de la lorgnette (En gros, lorsque l’on est candidat), bien évidemment, qu’on ne comprend pas qu’il puisse y avoir d’autres prétendants, meilleurs, plus compétents, plus habiles à faire la démonstration de leurs potentialités, plus en phase avec la culture de la boite… Peu d’individus sont capables de se satisfaire de cette explication qui consiste à se dire que d’autres sont peut-être tout simplement… Meilleurs !

 

Conclusion  

Etre un professionnel du recrutement n’est forcément pas le job le plus facile à assumer… Si vous le faites depuis plus de 3 mois, je suis sur que vous en êtes convaincu vous aussi. Simplement, derrière tous ces mécontents, il y a aussi ces centaines de milliers de personnes à qui les recruteurs (vous) permettent chaque année de décrocher le job qui va leur permettre de faire un peu plus, de devenir un peu meilleur, et au final de vivre une vie bien plus en accord avec leurs aspirations personnelles.
 
Alors certes… Vous n’êtes peut être pas PARFAIT (peut-on reprocher ça à un être humain ???), mais n’oubliez jamais que votre job est juste INDISPENSABLE, que c’est VOUS au final qui êtes le garant du niveau d’excellence… et au final du succès au long cours de la boite !
 
 
 
 David Bernard
 
 
 
Psychologue du travail et Entrepreneur, David BERNARD est cofondateur et directeur associé d’AssessFirst, une société à forte croissance spécialisée dans l’édition d’outils d’évaluation innovants et de solutions « disruptives » de Talent Management.
 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire