Les cabinets de recrutement rappellent leurs engagements en faveur de la diversité

par La rédaction

 

Engagés par leur Charte du recrutement responsable, signée en 2013, par leur Charte des intermédiaires de l’emploi, renouvelée auprès du Défenseur de droits depuis 2007, et par leur Code de déontologie, les cabinets de recrutement membres de Syntec conseil en recrutement renouvellent leur appel à lutter contre toute forme de discrimination à l’embauche.

 

Conscients de leur rôle de facilitateurs dans la mobilité professionnelle et de pédagogues auprès des recruteurs, les cabinets membres de Syntec conseil en recrutement sont engagés depuis de nombreuses années dans la lutte contre toute forme de discrimination, qu’elle repose sur des critères d’âge, de sexe, de religion ou d’origine. « La diversité n’est pas un vain mot dans le domaine de l’emploi. Pour nous qui sommes au carrefour des mobilités professionnelles et des stratégies de nos clients, nous observons combien la variété des parcours et des profils enrichit les entreprises plus qu’elles ne le pensent. La réplication des recrutements, le fameux principe du clonage des candidats, est une erreur stratégique et une aberration de la pensée contre laquelle nous luttons et appelons chacun à lutter », affirme Wilhelm Laligant, président de Syntec conseil en recrutement. 

« Il peut y avoir le risque, pour certains recruteurs, entreprises ou intermédiaires, de préférer le semblable, la même école, le même parcours, le même quartier, c’est pour cela que nous avons travaillé à cette Charte qui sensibilise à ces risques. Recruter sans discriminer correspond d’ailleurs au premier point de cette charte », ajoute Catherine Dervaux, membre de la Commission Déontologie du syndicat et corédactrice de la Charte du recrutement responsable. 

Convaincu que la diversité est une chance, le syndicat s’était d’ailleurs opposé au principe du CV anonyme, estimant plus vertueux d’assumer les différences que de tenter de les masquer en phase initiale de recrutement. « Tôt ou tard les candidats sont présentés et l’anonymat tombe. Si l’on veut travailler sur les consciences, il ne sert à rien de cacher l’existant. Il faut l’assumer et le valoriser », poursuit-il. 

En tant qu’organisation représentative des professionnels du recrutement, Syntec conseil en recrutement est particulièrement vigilant à l’application des règles fondamentales de non discrimination et de respect de l’individu. Son engagement vis-à-vis du Défenseur des Droits remonte à 2007. Il s’est doublé, en 2013, d’un travail de fond en partenariat avec des représentants des DRH et des candidats pour donner naissance à la Charte du recrutement responsable. La lutte contre les discriminations est clairement indiquée parmi les 15 engagements qu’elle contient, et tous ses adhérents l’ont signée. 

« Malgré nos efforts, les discriminations perdurent. Inacceptables et contre-productives, elles doivent cesser. Nous poursuivons notre combat et demandons aux 800 consultants des cabinets membres de notre syndicat de poursuivre, auprès de leurs clients, leur travail de sensibilisation, non pas cette semaine, mais tous les jours de l’année », précise Wilhelm Laligant, président de Syntec conseil en recrutement.

 

A propos de SYNTEC Conseil en Recrutement 
Le syndicat SYNTEC Conseil en Recrutement est l'unique organisation représentative du métier de conseil en recrutement. Il réunit près de 130 cabinets et assure le recrutement de milliers de cadres par an dans tous les secteurs d’activité et dans tous les corps de métier. L’ensemble des adhérents représente 50% de l’activité de chasse de tête du marché français. Il fait partie de la Fédération Syntec qui représente aujourd'hui près de 70 milliards d'euros de CA et rassemble plus de 750 000 collaborateurs à travers 2 000 groupes et sociétés françaises spécialisées dans les professions des études et du conseil, de l'ingénierie, des services informatiques, et de la formation professionnelle.

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire