« Nos grands-mères ont du talent » : des salariés seniors en tête de file !

par La rédaction

 

Vainqueurs du concours de l'Entrepreneuriat Social Etudiant de l'ESSEC, lauréats du Prix de l’Etudiant Entrepreneur en Economie Sociale de LMDE(…), Arthur Juin et Jean de Guerre sont les instigateurs de « Nos grands-mères ont du talent », une enseigne de restauration à emporter favorisant l’emploi des seniors.

 

Une enseigne de restauration qui priorise l’emploi des plus de 50 ans, tel est le concept de « Nos grands-mères ont du talent », à l’initiative d’Arthur Juin, 24 ans et de Jean de Guerre, 25 ans. Ces deux jeunes diplômés de l’école d’ingénieur lilloise HEI ont eu l’idée de créer une entreprise de restauration à emporter, proposant des plats de grands-mères, préparés, cuisinés et par la suite vendus en gare par des seniors.  « A l’origine, nous souhaitions créer une entité à forte valeur sociale dans laquelle des personnes retraitées auraient la possibilité de compléter leur revenus en travaillant à nos côtés. 

Et puis très vite, force est de constater que le chômage des plus de 50 ans touchaient 22 % des actifs, nous avons décidé de recentrer notre projet en collaborant avec des demandeurs d’emploi répondant à ce type de profil », explique Arthur Juin. Actuellement en phase pilote, les deux têtes pensantes de « Nos grands-mères ont du talent », vont ouvrir courant octobre un premier stand de vente à emporter dans une gare francilienne en vue de valider le modèle économique de leur entreprise.

Un premier pas pour confirmer la viabilité de leur projet, le développer dans d’autres gares, et par là-même embaucher des salariés seniors. « Notre ambition vise avant tout l’innovation sociale. Notre but est de répondre à une question sociétale », assure Jean de Guerre. Et le marketing dans tout ça ? « Bien entendu, il y a une cohérence entre notre concept et l’embauche de seniors, mais dans les faits, le client de demain ne sera pas confronté en première ligne à notre mission sociale. Il reviendra parce que le service et les plats préparés lui plairont, et non parce que nous faisons travailler des seniors », insiste-t-il.

 

Des entreprises d’insertion, vivier de profils séniors

Si pour trouver leur premier collaborateur Denys un cuisinier de 63 ans, Arthur et Jean sont passés par senioravotreservice.com, un site internet de petites annonces spécialisé sur ce type de profil, ils envisagent déjà plusieurs types de vecteurs d’emploi pour trouver d’autres candidats. « Nous passerons par des entreprises d’insertion conventionnées par le ministère du Travail, à l’instar de la Table de Cana, Planète Sésame….

Ces entités qui embauchent des personnes en difficulté sur une période de 2 ans, avant de les accompagner pour trouver un emploi durable dans des entreprises plus classiques, bénéficient d’un vivier de profils à même de répondre à nos attentes » confie Arthur Juin.  Autre volonté : collaborer avec les services sociaux des mairies, où leur enseigne de restauration rapide sera présente. « Ces services en lien avec des seniors en quête d’un job, pourront nous transmettre des CV.

L’occasion pour nous de créer de l’emploi en local et de faire travailler en gare des personnes de la commune, ce qui donnera d’autant plus de sens à notre activité », renchérit Jean de Guerre.  Si le succès est au rendez-vous, les deux entrepreneurs ambitionnent d’ouvrir progressivement plusieurs stands dans diverses gares franciliennes courant 2015. A plus long terme, ils caressent également l’idée de micro-franchises, destinées à des seniors souhaitant d’ouvrir des échoppes de l’enseigne sur leur propre territoire. L’aventure est en marche…

 

Gérald Dudouet       

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire