Nestlé et ses partenaires s’engagent à créer 100 000 opportunités professionnelles !

par La rédaction

 

Pour contrer le chômage des moins de 30 ans, qui touche plus de 24 % des jeunes actifs sur le continent européen, Nestlé a lancé en novembre 2013 le programme Nestlé Needs Youth. Une initiative destinée à recruter et à former, d’ici 2016, 20 000 jeunes en Europe au sein du groupe, dont 3000 en France. Un plan ambitieux auquel vient de s’adjoindre, en septembre dernier, l’Alliance For Youth qui engage les partenaires de Nestlé à créer 100 000 opportunités professionnelles à destination des jeunes. Etat des lieux.

 

 « Face au taux de chômage en Europe, dont les jeunes sont les premières victimes, Nestlé a estimé qu’il n’était pas concevable de laisser ceux qui représentent l’avenir du continent dans cette situation. Aussi, tel un tremplin vers la vie active, Nestlé Needs Youth dont les actions ont officiellement démarré en janvier 2014, s’articule autour de plusieurs piliers » explique Cécile Delestre, directrice de l’Acquisition des Talents chez Nestlé. En premier lieu, le groupe s’est engagé à proposer 10 000 emplois et 10 000  stages et contrats d’apprentissage aux jeunes européens de moins de 30 ans, d’ici à 2016. Une initiative ayant connu un excellent démarrage, le groupe ayant déjà créé à ce jour 10 000 opportunités pour les jeunes à travers l’Europe, dont en France 740 CDI/CDD, 403 apprentissages et 464 stages. « Notre seconde action, qui a débuté le 1er octobre dernier concerne l’accompagnement dans la vie active, par le biais d’ateliers ouverts à tous les jeunes de moins de 30 ans. Animés par nos managers, nos représentants RH (…), ils se déroulent chaque premier mercredi du mois, au siège du groupe, à Noisiel. Ils y apprennent à définir leur projet professionnel, à rédiger un CV, une lettre de motivation, à préparer un entretien d’embauche… », détaille Cécile Delestre. Pour aller à la rencontre des jeunes, le groupe a également renforcé sa présence dans les collèges, les lycées, les écoles et les universités où il délègue des représentants de ses filières pour présenter les métiers de l’agroalimentaire, ses voies d’accès et ses opportunités.    

 

Alliance For Youth : l’union fait la force !

 

Pour aller plus loin dans sa volonté d’accompagner les jeunes vers l’emploi, Nestlé a souhaité proposer à ses partenaires, ses fournisseurs, de créer une véritable alliance autour de cette problématique. « L’union faisant la force, l’Alliance For Youth, a l’ambition d’être un dispositif encore  plus puissant pour contrer le chômage des moins de 30 ans en Europe, mais aussi d’y développer l’apprentissage », précise Cécile Delestre. Composée de plus de 200 entreprises, parmi lesquelles on retrouve Google, Adecco, Publicis, Nielsen, Axa (…), cette alliance qui s’est engagée dans la création de 100 000 opportunités professionnelles, voit certains de ses membres reprendre les mêmes actions que celles précédemment engagées par le groupe Nestlé.  « Axa vient, elle aussi de lancer ses propres ateliers d’aide à la recherche d’emploi, sur Nanterre, au cœur de son siège ; Publicis envisage de s’associer à la  démarche… Parallèlement nous réfléchissons à des dispositifs de stages « mixtes » , de contrats qui permettraient aux jeunes d’évoluer d’une entreprise à une autre pour enrichir leurs expériences professionnelles » explique Cécile Delestre. 

 

L’apprentissage comme fer de lance 

 

De Nestlé Needs Youth à l’Alliance For Youth, l’autre priorité de Nestlé est également de promouvoir l’apprentissage. Un mode de formation que le groupe a multiplié par deux, dans ses entités françaises, depuis fin 2012. « Dans nos usines et au siège, tous les postes sont concernés, ainsi que tous les niveaux de formation. Cela va du CAP, à l’apprentissage en ingénierie en passant par des Bac pro, des BTS(…). Au-delà de la formation et de la transmission des savoirs, l’apprentissage représente pour nous, un véritable outil de pré-recrutement, notamment en usine et en boutique. Aussi avons-nous à cœur de le valoriser auprès des jeunes, de nos partenaires mais aussi de la société civile en général », conclut Cécile Delestre.

 

Gérald Dudouet

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire