L’ANDRH récompense ses juniors

par La rédaction
52 vues

Les 2èmes trophées ANDRH Juni’or ont eu lieu le 11 mars dernier. Quatre prix ont été décernés dans les catégories « Innovation et prospective RH », « Management RH », « Relations sociales/Droit social/ Affaires sociales », « Les Espoirs RH » et un coup de cœur du jury. Quelques ingrédients pour des expériences réussies.

 

De l’audace

Koulmig Cheney, 33 ans, responsable des ressources humaine chez Bretagne Ateliers (entreprise adaptée et solidaire), membre du Groupe ANDRH Bretagne Est, a été récompensée dans la catégorie « Innovation et prospective RH », pour son travail sur le « Déploiement d’une formation qualifiante pour les salariés handicapés ». Une nouvelle politique de formation a dû être mise en place par l’entreprise adaptée Bretagne Ateliers (4 sites industriels, 600 salariés dont 80% reconnus handicapés), spécialisée dans la sous-traitance automobile, pour surmonter la crise. Pour s’ouvrir à d’autres marchés Koulmig Cheney  a donc conduit les salariés handicapés à une qualification. Elle explique : « L’automobile représentait 70% de notre chiffre d’affaires et donc, il était devenu urgent de nous ouvrir à d’autres marchés. Nous avons décidé de sélectionner 18 salariés handicapés pour les former à l’assemblage de pièces pour matériels roulants ferroviaires pour la société Alstom La Rochelle. Pour cela, ils devaient obtenir un certificat de niveau V. Nous les avons donc accompagnés en vue de l’obtention de cette qualification. Leur évaluation s’est effectuée en situation de travail, ce qui évite d’être soumis à trop de stress. Sur les 18 stagiaires sélectionnés, 15 ont obtenu le certificat. Il s’agit d’une belle réussite car nous avons permis à nos salariés de maintenir leur employabilité sur un marché du travail très tendu. » Koulmig Cheney a été embauchée en 2002 comme assistante RH puis le départ précipité de la DRH l’a propulsée comme RRH à 30 ans. « Je possédais déjà des responsabilités depuis 2004 mais je me rends bien compte que j’ai eu de la chance d’accéder à ce poste si jeune et d’avoir pu mettre en place une politique de formation en étant complètement  soutenue par ma direction », reconnaît-elle.
 
 

de l’écoute

Emilie Desodt, 27 ans, Human Resources Leadership Program – HR Executive & Talent Development chez GE Energy Products France, membre du Groupe ANDRH Paris Bourse, a remporté le prix « Management RH » pour la mobilisation de l’engagement des salariés ETAM dans le but de refondre le système de passage du statut agent de maîtrise (ETAM) au statut cadre sur le site de Belfort. « Les salariés ETAM ne voyaient pas d’autre voie de développement que de passer cadre. En fait, nous avons eu l’intuition qu’ils voulaient tout simplement plus de reconnaissance et qu’on s’occupe davantage d’eux, développe la jeune responsable, Il existait des dispositifs destinés à la progression de carrière pour les ouvriers, les ingénieurs et les cadres mais pas pour les ETAM qui se sentaient laissés-pour-compte. Nous avons donc décidé de travailler sur des trajectoires de développement à leur égard. Pour cela, nous avons réalisé des enquêtes en interne afin de cerner les actions spécifiques que nous pourrions mettre en place. Après 4 mois de diagnostic, nous avions plus de 50% de répondant ! Nous avons mis en place des comités de pilotage dont des managers seniors d’ETAM étaient membres. Nous avons également travaillé en étroite collaboration avec les partenaires sociaux. Nous avons pu identifier quatre axes d’action : la reconnaissance, la rétribution, la gestion de carrière et la mobilité. Nous avons étudié la gestion de l’expertise, l’identification de rôle transverse, ou encore l’évaluation annuelle interne spécifique. Pendant 6 mois, 10 groupes de travail, composés d’une dizaine de personnes, se sont réunis chaque semaine. Les propositions retenues ont été présentées au comité d’entreprise et au comité de direction. 37 actions concrètes en sont ressorties. Ce projet a été pour moi une véritable expérience humaine et j’ai encore beaucoup d’émotion quand je repense à l’implication des ETAM qui se sont sentis écoutés et reconnus. »
 
 

de la stratégie

Théophile Vergriete, 31 ans, Responsable juridique et des relations sociales chez ESCOTA, membre du Groupe ANDRH Côte d’Azur, a reçu le prix « Relations sociales/Droit social/Affaires sociales » pour avoir optimisé les ressources humaines, en mettant en place une nouvelle organisation de l’activité de la filière péage de la société d’autoroutes ESCOTA, négociée avec les partenaires sociaux. Il témoigne : « Notre activité autoroutière subissait beaucoup de variations dans l’année, dues principalement aux arrivées et départs des touristes pendant les vacances. Or les plannings de travail ne prenaient pas en compte les fluctuations. Ils étaient bâtis autour de cycles de 4 à 6 semaines. Du coup, il y avait des périodes où en était en sureffectifs et d’autres où on était en sous-effectifs. On devait par conséquent régulièrement faire appel à des salariés en CDD. Nous avons donc décidé d’annualiser le temps de travail en remplaçant le planning de travail collectif en plannings de travail individuels. Le plus dur a été de convaincre les partenaires sociaux. Nous avons fait un accompagnement conventionnel négocié avec les syndicats qui ont voulu des garanties pour les salariés. Aujourd’hui, nous avons plus de souplesse et l’activité varie sur l’année de 16 à 42 heures par semaine. Nous avons fait en sorte que le salarié puisse travailler sur un périmètre de gares. En contrepartie, on a donné des congés supplémentaires et effectué des augmentations de salaireNous avons pu stabiliser la masse salariale en augmentant les salaires car nous avons moins recours à des contrats à durée déterminée. Les négociations ont duré 6 mois. »
 

de l’humain

Raphaël Monrose-Scherrer, 25 ans, master 2 Gestion des ressources humaines, IAE Dijon, Université de Bourgogne, a été récompensé dans la catégorie « Les Espoirs RH » pour son mémoire sur "L’apport stratégique de la gestion des compétences ». Pourquoi les entreprises se focaliseraient sur la notion de compétences en GRH ? Raphaël Monrose-Scherrer s’est appuyé sur la démarche du groupe Clemessy, spécialisé dans l’installation électrique et électronique, qui pratique la gestion de compétence depuis plus de vingt ans. En formation en alternance comme assistant RH, Raphaël revient sur des notions fondamentales : « Le groupe a 100 ans d’histoire et pratiquait la gestion des compétences depuis une vingtaine d’années. J’ai analysé l’ensemble des démarches mises en place puis ai abordé la conception d’un outil de suivi informatique. »
 
 

…et de la solidarité

Enfin, Vincent Schmidt, 23 ans, chargé de mission « insertion-formation » au centre omnisport Pierre Croppet, membre du Groupe ANDRH Franche Comté, a obtenu le Coup de cœur du jury pour son travail sur la « Gestion des compétences au sein d’un chantier d’insertion ». Vincent Schmidt a développé des actions, dont un passeport formation, qui utilise le cheval comme outil « d’acquisition des compétences », destiné à accompagner vers l’emploi les salariés du « Pied à l’étrier », le chantier d’insertion du centre omnisport Pierre Croppet.
 
 
Christel Lambolez