Etude Cegos : Formation professionnelle, la France toujours en retrait par rapport à ses voisins européens

par La rédaction
.

Qui est formé ? A quoi et comment ? Quel rôle l’entreprise joue-t-elle ? Les salariés sont-ils satisfaits de ces formations ? Comment souhaitent-ils apprendre aujourd’hui et demain ? 

 

Pour répondre à ces questions, le Groupe Cegos, leader mondial de la formation professionnelle, a interrogé les salariés européens afin de connaître leur point de vue et leurs attentes en matière de formation. En Allemagne, en Espagne, en France et au Royaume Uni, 2 200 salariés issus de différents secteurs et d’entreprises de toutes tailles ont ainsi été interrogés en mars 2010. 
 
Les salariés français moins acteurs de leur formation que leurs voisins
 
Premier enseignement de cette étude, on constate que dans les 4 pays observés, les formations suivies le sont principalement à l’initiative personnelle du salarié (61%). Les Allemands (68%) et les Espagnols (67%) prennent tout particulièrement la main. Au contraire des Français pour qui il s’agit d’une démarche active dans seulement un cas sur deux. Enfin, les managers anglais sont les plus impliqués dans la formation de leurs équipes : dans 40% des cas la formation est due à une initiative conjointe salarié/manager et les managers anglais sont deux fois plus nombreux à assurer un suivi post-formation que leurs homologues européens (31% vs 13 %).
Au global, le manager seul n’est à l’initiative de la formation que dans 31% des cas.
 
Concernant les formations suivies, elles étaient dues…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Des salariés pleinement satisfaits de la formation et souvent prêts à la financer eux-mêmes
 
La « cote d’amour » dont bénéficie la formation dans l’ensemble des pays est remarquable : pratiquement tous les salariés (94%) sont satisfaits de leur formation. Au-delà de cette simple satisfaction, ils la trouvent utile pour acquérir de nouvelles connaissances professionnelles (94%) et 80% d’entre eux sont persuadés que les acquis de la formation vont contribuer à leur évolution professionnelle.
La plupart des salariés sont d’ailleurs prêts à aller encore plus loin : 76% d’entre eux déclarent être prêts à se former hors du temps de travail et 53% seraient prêts à financer eux-mêmes leur formation.
Les Français sont plus mesurés que leurs voisins sur ces propositions : ils approuvent largement la possibilité de se former sur leur temps libre (64%) mais seuls 34% d’entre eux sont prêts à payer de leur poche pour se former.
 
Les grandes PME forment plus que les multinationales
 
On note que la situation des salariés diverge selon la taille des entreprises. Ainsi, sur les quatre pays étudiés et contrairement à certaines idées reçues, ce ne sont pas forcément les plus grosses entreprises qui forment le plus : les entreprises de taille moyenne (250 à 1000 salariés) forment 86% de leur personnel contre 71% pour les entreprises de plus de 1000 salariés. Elles utilisent des formats mixtes dans 35% des cas contre 32% pour les grandes organisations.
 
E-learning et nouvelles façons d’apprendre : la France toujours en décalage
 
La formation présentielle reste un fondement de l’apprentissage : 92% des européens formés lors des 3 dernières années l’ont été de cette manière. Mais la formation « en salle » coexiste avec d’autres pratiques de formation telles que le e-learning seul (42%) ou les formats mixtes présentiel/e-learning (31%). 
 
Sur le plan des modalités de formation, on note de fortes disparités entre les pays : les Espagnols sont presque 3 fois plus nombreux que les Français à avoir expérimenté le 
e-learning (54% vs 19%).
 
Les Espagnols sont aussi les « champions » de la visioformation : 57% des salariés ibériques qui se sont formés en e-learning l’ont pratiquée.
De leur côté, les Anglais sont également en pointe pour les formations e-learning avec 42% de personnes formées via cette modalité. 
Les Allemands, qui sont en retrait par rapport aux Espagnols et aux Anglais en ce qui concerne le e-learning en général, sont quant à eux en tête sur des pratiques comme le serious game (21%) ou le mobile learning/formation via téléphone portable (15%).
 
La France, malgré une législation particulièrement favorable à la formation, continue d’être en décalage par rapport à ses voisins, pratiquant moins l’e-learning et la formation mixte que ses voisins.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Les salariés très ouverts à la variété des modes d’apprentissage
 
Lorsqu’on les interroge sur leurs attentes pour les 3 ans à venir, les Européens plébiscitent les formations sur le terrain (89%) et le présentiel (87%), mais aussi une variété de modes d’apprentissage : formations mixtes (86% des répondants sont pour leur développement), e- learning (86%), outils de formation collaboratifs (67 %).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mathilde Bourdat, responsable de l’offre « Management de la formation » chez Cegos, souligne : 
 
« On peut être assez déçu par le fait que malgré un arsenal législatif pro-formation parmi les plus conséquents d’Europe, la France est en retrait sur bien des points. Ainsi, malgré le CIF et le DIF, les Français sont ceux qui prennent le moins en main leur propre formation. Près du quart des Français non formés (22%) considèrent qu’ils ne font tout simplement pas partie du plan de formation, alors que seuls 6% des Allemands invoquent cette raison ».
 
 
Laurent Reich, Manager en ingénierie pédagogique chez Cegos, ajoute :
 
« Le décalage français vaut aussi en matière de modalités de formation. Alors que les Espagnols et les Anglais pratiquent tout autant que nous la formation en salle, ils n’oublient pas de varier les modalités en y agrégeant des modules e-learning, des classes virtuelles ou des serious games. En France, aujourd’hui encore, peu de salariés ont la possibilité d’utiliser l’ensemble du panel formation pourtant existant ».
 
 
Le Groupe Cegos,créé en 1926, figure parmi les leaders mondiaux de la formation professionnelle. L’expertise de ses consultants recouvre tous les domaines du management et du développement des compétences : ressources humaines, management et leadership, performance et organisation, efficacité individuelle et collective, marketing et commercial, management de projet, déploiement de grands dispositifs de formation en France et à l’international…  
Cegos emploie 1.200 collaborateurs et opère dans 30 pays à travers le monde. Site : www.cegos.fr
 
 

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire