Comment faire face à un salarié chassé ?

par La rédaction

De nombreux employeurs se retrouvent dans la situation suivante : certains de leurs collaborateurs sont chassés par des cabinets de chasseur de tête. Comment faire face à cette situation lorsque l’on est employeur ? Quelles sont les règles à suivre ? Explications !

Un salarié chassé : les règles existantes en la matière

Nous le savons tous : recruter le collaborateur d’un concurrent est monnaie courante. Et malheureusement pour l’entreprise en question, la plupart du temps, elle perd un maillon fort ! C’est notamment visiblement une pratique courante dans certains secteurs d’activité comme les SSII ou l’automobile.

En effet, les avantages en sont nombreux : le candidat débauché possède de l’expérience, une réelle formation, une expertise sans faille et surtout il est vite opérationnel !

La plupart du temps, soit une personne chasse directement le collaborateur concerné, soit elle passe par un cabinet de chasseur de tête. La deuxième solution permet de rester anonyme et cela met une certaine distance par rapport au débauchage direct. Cela permettra également de respecter la législation en vigueur car le cabinet se doit d’être vigilant là-dessus.

Il convient tout de même de rappeler que le débauchage est tout-à-fait légal ! Néanmoins, des règles doivent bien évidemment être respectées. En effet, il faut juste que ce dernier ne soit pas accompagné d’actes de concurrence déloyale.  Il est donc tout-à-fait possible de débaucher sans risque !
Réside tout de même le fait que l’ancien salarié possède toutes les informations et la technicité nécessaire pour mener ses nouvelles missions et ce n’est pas sans risque.

Notez-le : il est possible de recruter un collaborateur chez un concurrent mais dans la limite de la légalité !

Quelle est l’arme possible pour l’ancien employeur ?

L’employeur qui voit son concurrent prendre un ou plusieurs collaborateurs peut agir sur la base de la concurrence déloyale ! Cela permettra d’engager la responsabilité de l’employeur en conséquence. Ce dernier risque donc gros.

Les actes de concurrence déloyale les plus courants sont les suivants :

  • Proposition de salaire élevée ;
  • Débauchage de plusieurs salariés en même temps ;

Si la concurrence déloyale est démontrée, l’ancien employeur peut obtenir la rupture du contrat de travail. Ce qui n’est pas négligeable !

Par ailleurs, il pourra saisir le tribunal de commerce.

Notez-le : parfois le débauchage est assimilé à du délit de corruption.

Attention : il ne faut pas perdre de vue que la clause de non concurrence est limitée dans le temps et dans l’espace !

Il est également recommandé à l’employeur d’éviter les débauchages à répétition pour éviter d’être pris en grippe par les entreprises concurrentes. Il pourra se faire de nombreux ennemis !

Autre élément, pour l’ancien employeur, si véritablement, la situation l’embête car il perd une personne avec une technicité irréprochable, il est tout-à-fait possible de lui faire une proposition notamment une augmentation de salaire ou une promotion. Encore faut-il le pouvoir !

Il est tout-à-fait également possible de préciser aux collaborateurs en question qu’il repart sur une nouvelle période d’essai. En effet, tous les moyens sont bons pour ne pas le laisser partir…

Yasmine BELHO

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire