En pyjama pour un entretien de recrutement

par La rédaction

Du jamais vu ? Une enquête d’Office Team prouve le contraire et donne des exemples encore plus surprenants. Trouver la bonne tenue pour un entretien relève du casse-tête : il faut savoir séduire le recruteur sans – décolleté ni bas résille – et avoir l’air professionnel mais bien dans ses baskets – sans pour autant en porter.

 
Trop décontractés, trop décalés, trop sexys, trop colorés ou simplement dénués de bon sens, les candidats dont parlent les quelques 670 responsables RH sondés par Office Team (1), sont bien des personnages réels. Avertissement : ceci est une liste d’exemples à ne pas suivre. Juste pour sourire…
 

Trop décontracté

 
Conseil n°1 : Choisir une tenue confortable et dynamique. Option n°1 : le pyjama et les pantoufles. Quoi de plus agréable à porter ? Mais, même pour un poste dans un grand magasin de literie, la tenue semble peu appropriée. Option n°2 : la tenue de sport. Très dynamique, en effet. Les responsables RH ont vu des candidats en survêtement, en maillot de basket-ball, en jogging, en tenue de yoga ou encore, plus sobrement, accessoirisés d’une casquette de base-ball. Option n°3 : la tenue de plage. Même si l’entreprise à laquelle vous postulez évolue dans une ambiance décontract’, le maillot de bain, le paréo, le bermuda, la robe de plage, les tongs et la célèbre chemise hawaïenne le sont probablement trop.
 

Trop décalé

 
Conseil n°2 : ne pas se crisper, rester naturel et fidèle à sa personnalité… dans la limite du raisonnable. Les héros de votre série de science-fiction préférée ne vous en voudront pas de quitter, le temps d’un entretien, votre t-shirt fétiche à leur effigie. Les recruteurs sondés citent un fan de Star trek. Les années 80 sont parties, et avec elles le style Peace and Love. Au placard donc les combinaisons, les jeans délavés et les t-shirts teintés multicolores.
Si certains se trompent d’époque, d’autres sont en décalage avec leur contexte professionnel. L’un des responsables RH évoque un candidat vêtu de l’uniforme imposé par son précédent employeur.
 

Trop coloré

 
Conseil n°3 : ne pas négliger ni les détails de la tenue, ni la coupe de cheveux. Une tresse avec des petits nœuds roses ou des mèches bleues et vertes ne sont pas pour plaire à tout le monde. Quant aux chaussures jaunes fluo, elles sont peut-être un peu trop colorées ; et le style gothique, lui, pas assez. Tout est une histoire d’équilibre.
 

Trop sexy

 
Conseil n°4 : ne jamais perdre de vue l’objectif suivant : séduire le recruteur. Entendons-nous bien : il s’agit d’être retenu(e) pour un emploi. Certains des sondés semblent avoir été interloqués par des tenues un peu trop séduisantes : un chemisier très décolleté, une veste en cuir sans rien en-dessous, un pantalon vraiment taille basse, un bustier, ou encore des bas-résille qui se glissent sous une mini-jupe. Quant au petit haut pailleté, il risquerait de trop éblouir votre interlocuteur.
 

Trop étrange

 
Conseil n°5 : faire preuve de bon sens… à moins de postuler pour la gloire. Certains postes ne nécessitent aucun contact avec le client ou les prestataires, certes. Mais l’esprit carnavalesque, dont le propre est de détourner les sujets sérieux, pourraient ne pas être compris par les recruteurs. Certains ont vu passer des candidats en costume de chat, de cow-boy, un chapeau extravagant et une jupe en plastique. Un autre se souvient – comment l’oublier – d’un candidat qui a conservé son casque de moto tout au long de l’entretien (2). Probablement un fervent défenseur de la théorie de l’anonymat pour la diversité ou un candidat à un poste de coursier déjà imprégné de ses potentielles futures fonctions.
L’histoire ne dit pas si les candidats qui ont osé ces tenues ont été retenus. Mais ils ont marqué les esprits de ces responsables RH, du Canada et des Etats-Unis. MyRHline lance un appel aux recruteurs de France et aux candidats téméraires. Faites-vous connaître, dites-nous si l’originalité a fonctionné.

 

  Typhanie Bouju

 


(1) lien
 
(2) Cet exemple est tiré d’une autre enquête : « Le Top 10 des erreurs commises par les candidats en entretien » (Careerbuilder, septembre 2010) : lien

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire