Retour de Black Mirror : et si les solutions RH digitales se rebellaient aussi ?

par La rédaction

Dans la célèbre série primée qu’on ne présente plus Black Mirror, les dystopies sur la digitalisation de notre monde nous ont fait réfléchir et nous ont assez refroidi quant à l’utilisation de nos outils numériques ! D’ailleurs, avec la transformation digitale qui a lieu dans le monde des RH, certaines innovations pourraient être dignes d’un épisode. Alors, à l’occasion de la sortie de trois nouveaux épisodes le 7 juin prochain, nous avons voulu comparer les nouvelles solutions RH aux technologies déjantées de la série. En effet, et si elles étaient, elles aussi, amenées à mal tourner comme dans la série ?
 

Black Mirror: le joker de Netflix

Avant tout : petit point d’actualité pop culture !
Avec l’arrivée des plateformes d’Amazon et de Disney, le géant du streaming Netflix n’a eu d’autres choix que de prendre les devants et de redoubler d’inventivité afin de ne pas se faire engloutir par cette nouvelle concurrence. En effet, avec la perte de son contenu Disney (et Marvel en passant), ainsi que les prix beaucoup plus attractifs de ses concurrents, le numéro un du streaming avait de quoi trembler. Mais c’était sans compter sur sa série phare Black Mirror !
Netflix avait déjà anticipé le fait qu’il allait avoir d’autres mastodontes à ses côtés dans le paysage du streaming. Ainsi, ils ont fait preuve de créativité pour garder leurs spectateurs en sortant l’épisode interactif Bandersnatch en décembre 2018, et ça a fonctionné ! L’épisode a rencontré un franc succès et Netflix prévoit déjà un autre film aux fins multiples. Cette fois, ce sera pour le retour de la série humoristique The Unbreakable Kimmy Schmidt. Cela prouve bien une chose : lorsqu’on sait allier technologie et créativité, la concurrence ne semble plus si menaçante.
Bien que Netflix soit assez avare d’informations sur ces nouveaux épisodes, on sait déjà que le casting promet ! Nous verrons donc à l’écran la chanteuse et actrice Miley Cyrus, mais aussi Anthony Mackie (AKA le faucon dans Captain America : Civil War), et également l’actrice française Pom Klementieff que l’on a pu voir dans les deux derniers Avengers.
 

La cabine médecin de travail 

Imaginez deux secondes : vous vous levez un matin, malade, mais vous vous rendez quand même au travail pour… consulter un médecin ! En revanche, ce n’est pas n’importe lequel : un médecin en visioconférence dans une cabine où il n’y a que vous qui avez accès aux instruments médicaux. Stéthoscope, tensiomètre, thermomètre… tout y est.
En effet, des sociétés ont conçu des cabines totalement digitales pour permettre au salarié de s’auto-consulter. Déjà présents dans certains grands groupes, les employés apprécient particulièrement le fait que, contrairement aux médecins classiques, on peut obtenir un rendez-vous sous 2H !
À l’ère de la digitalisation des méthodes de travail, l’intelligence artificielle est très utile mais  elle doit être utilisée à bon escient. L’humain n’est pas remplacé mais uniquement aidé ou assisté.  Cependant, l’intelligence artificielle ayant de plus en plus sa place au sein des systèmes d’information, il ne serait pas surprenant que, d’ici quelques années, le médecin à distance soit remplacé par un robot médical utilisant l’intelligence artificielle.
Il amasserait un bon nombre d’informations sur le corps humain et en connaîtrait toutes ses faiblesses… Pratique pour se rebeller contre une espèce.
 

Les formations en réalité virtuelle

Elles vous plongent dans un environnement presque aussi vrai que nature pour vous apporter de nouvelles compétences. Ces solutions pédagogiques intelligentes sont les outils de formation de demain et ont le vent en poupe dans les start-up spécialisées dans la formation. Elles font leurs preuves notamment grâce au fait que ceux qui les utilisent apprennent vite et sans s’ennuyer.
En admettant, et cela est fort probable, qu’ils intègrent un jour dans leur système une intelligence artificielle auto-apprenante, les casques VR pourraient se mettre soudainement à nous manipuler. Cela semble tiré par les cheveux, mais lorsqu’on vient de regarder 4 saisons de Black Mirror, ça ne l’est plus tant que ça, croyez-moi !
 

Les robots humanoïdes

Ils débarquent doucement mais sûrement sur nos lieux de travail : ce sont les robots assistants humanoïdes. Leur forme anthropomorphe peut déjà en effrayer plus d’un. En plus d’avoir l’air de sortir d’un film de science fiction, ces robots ont de vraies fonctions au sein des structures. Par exemple, il y a Pepper, un robot humanoïde capable de reconnaître certaines émotions ! Il est employé comme hôte d’accueil dans déjà plus de 2 000 entreprises dans le monde.
Nous pouvons citer également Reem, le robot policier de Dubaï qui a pris ses fonctions en mai 2017. Certes, il ne porte pas d’armes, mais il est tout de même dans une position d’autorité sur les êtres humains…
 

Les exosquelettes intelligents

Ils sont extrêmement utiles, surtout pour les métiers physiques et sont aussi utilisés dans l’armée. On parle souvent d’exosquelettes de manutention. Ces derniers visent à soulager les muscles des employés qui sollicitent très souvent leur force. Véritables structures robotiques, ces outils donnent des airs surhumains à ceux qui les portent !
Cependant, imaginez si tout une armée de personnes se rebellaient. Ou si elles utilisaient ces instruments comme un moyen de se battre et d’être invincible. Cela donnerait une armée de surhommes contre qui nous n’aurions pas le dessus.
 

Quand la fiction frôle la réalité

Black Mirror est donc plus que jamais au coeur des problématiques liées aux technologies qui évoluent de manière exponentielle. Dans l’épisode 1 de la saison 3, Lacy vit dans un monde où le statut social dépend d’une note que l’entourage vous attribue. Ce qui se produit dans cet épisode des plus marquants n’est finalement pas si loin de ce que nous vivons actuellement.
En effet, nous sommes bien plus proches de cette note sociale que nous le croyons. Prenons par exemple la course aux likes sur les réseaux sociaux. On remarque de plus en plus une tendance chez les recruteurs d’être très regardants quant au nombre de followers des candidats sur Instagram, notamment dans les métiers artistiques.
Ajouté à cela, le rating demandé systématiquement sur Uber ou Deliveroo se rapproche de ce scénario. Plus la note est basse, moins l’on a des chances d’être sollicité.
L’exemple le plus choquant reste quand même celui de la Chine. Le pays a d’ores et déjà mis en place un système de notation sociale qui ne se cache plus d’en être un.
Alors, sommes-nous déjà à l’aube d’une aire où les libertés individuelles n’existeront plus et où le voyeurisme ne sera plus un mal ? Partagez-nous votre avis sur nos réseaux Twitter et Linkedin !
 
L’équipe de myRHline

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire