Recherche d’emploi : 2 jeunes Français sur 3 handicapés par leur manque d’expérience

par La rédaction

Des préjugés sur les millennials* qui ont la dent dure et un réseau professionnel encore restreint, deux autres freins majeurs à l’embauche.

Alors que 40% des jeunes diplômés sont toujours sans emploi 1 an après la fin de leurs études**, un sondage réalisé par l’Institut Opinion Way pour Monsterun leader mondial de la mise en relation entre les personnes et les opportunités de carrière, dévoile les trois principaux freins à l’embauche perçus par la génération Y. Ainsi, deux tiers des jeunes (15-29 ans) se voient reprocher leur manque d’expérience par les recruteurs lors de l’entrée dans le monde du travail. Les moins de 30 ans ont été interrogés afin de connaître les éléments relatifs à la recherche d’emploi qui leurs semblent les plus difficiles à gérer. Les préjugés sur la formation (14%), l’exploitation du réseau professionnel naissant (11%) et le fossé générationnel entre recruteur et candidat (8%) sont autant de défis à relever pour le futur salarié.

 

Force est de constater que la recherche d’emploi peut vite tourner au parcours du combattant. C’est d’autant plus vrai pour les jeunes qui ne savent pas toujours comment s’y prendre pour déceler les opportunités et surtout pour mettre en valeur leur profil et leurs expériences… souvent courtes. C’est d’ailleurs ce manque d’expérience qui est pointé du doigt par les recruteurs pour deux jeunes sur trois (66%), représentant le principal frein à l’embauche pour les 15-29 ans. Il existe toutefois différentes manières de pallier ce déficit d’antériorité sur le marché de l’emploi.

La première est de valoriser ses engagements associatifs, voyages et échanges à l’étranger, projets personnels, activité(s) sportive(s) ou culturelle(s) de bon niveau qui peuvent attester d’une employabilité et être le marqueur d’une certaine maturité ou de dynamisme. Une autre manière d’attirer l’attention des recruteurs est de tenir un blog avec des « posts » en lien avec le secteur ou l’activité recherché(e). Il ne faut également pas hésiter à partager son travail sur le Web public, cela saura séduire les recruteurs les plus avisés. Enfin, se souvenir que chaque expérience, petite ou grande, aura permis d’engranger des savoir-faire et des savoir-être utiles que l’on peut valoriser.

Le second obstacle au recrutement de la génération Y porte sur les préjugés que les recruteurs peuvent avoir vis-à-vis de leur formation, un problème pour 14% des sondés. Devant la multiplicité des cursus disponibles, avec des niveaux très hétérogènes en fonction des écoles/universités et même parfois des différents programmes au sein d’un même établissement, les recruteurs redoublent de vigilance et ont tendance à écarter ceux dont ils n’ont pu se faire une opinion. C’est au jeune professionnel en devenir de valoriser l’apport de sa formation vis-à-vis du monde du travail et du poste qu’il brigue tout en mettant en avant ses expériences de stages et les cas d’entreprise sur lesquels il a pu travailler dans le cadre de ses études.

Une troisième difficulté qu’un jeune sur dix (11%) place en première position est de ne pouvoir pleinement tirer parti des bénéfices de son réseau professionnel, qui est bien souvent encore restreint et dont il est compliqué de récolter les premiers fruits. Car le réseau, contrairement à ce que l’on peut croire, se construit et ce n’est pas toujours du « piston » !

Enfin, 8% des jeunes interrogés évoquent la perception d’un fossé générationnel entre eux et les recruteurs, imposant ainsi une barrière dans leur accession à l’emploi. La meilleure façon pour un candidat d’estomper cet écart est de démontrer sa capacité à intégrer rapidement les codes et la culture de l’entreprise afin de rassurer la direction des ressources humaines voire même ses futurs managers. Attention par ailleurs à ne pas creuser davantage ce fossé en laissant remonter des contenus peu valorisants sur soi (photos, vidéos, textes ou messages) lorsque le recruteur ira faire une recherche complémentaire sur Internet.

 

Les freins à l’obtention d’un poste tels que perçus par les jeunes varient selon plusieurs critères :

  • En fonction du sexe : les femmes se voient plus souvent reprocher leur manque d’expérience que les hommes, à 72% contre 62% pour ces derniers.
  • En fonction de l’âge : les préjugés sur la formation sont inversement proportionnels à l’âge du candidat : plus celui-ci est jeune, plus il fera face à la circonspection de son interlocuteur sur ce sujet. Ainsi, les candidats de 25 à 29 ans sont seulement 9% à citer un préjugé lié à leur formation comme principal obstacle, contre 18% des 15-21 ans. Autre constat intéressant, le manque d’expérience est un des freins principaux pour la majorité des moins de trente ans.
  • En fonction de la situation personnelle actuelle : les personnes en recherche d’emploi sont celles à qui l’on reproche le plus leur manque d’expérience (75%). Ici, la formation continue semble porter ses fruits pour rassurer les recruteurs, car seulement 53% des sondés en alternance se voient reprocher leur manque d’expérience. Ces derniers sont toutefois près d’un sur cinq (19%) à reconnaître leur réseau professionnel en développement comme difficile à gérer.

« La recherche d’un premier emploi est toujours un défi, de nombreux employeurs exigeant de l'expérience, même pour des postes de débutantAvant de se lancer dans un plan de carrière professionnelle, je recommande vivement aux futurs chercheurs d'emploi de multiplier les occasions d'acquérir de l'expérience sur le terrain. Les stages, emplois à temps partiel ou les activités développant des compétences comme les études à l'étranger et le bénévolat, confèrent aux jeunes diplômés des compétences utiles et la possibilité d'établir d’authentiques liens professionnels… Autant de points qui constituent de véritables avantages sur la concurrence ! » explique Karl Rigal, Responsable éditorial de Monster.fr. « Il ne faut donc pas hésiter à anticiper la construction de son CV et à cultiver ses relations avec d'anciens collègues ou managers. Ces petites attentions peuvent se transformer en références ou même en offres d'emploi au moment de chercher son premier job. De même, tester une multitude de postes et de secteurs avant de se lancer dans sa carrière « officielle » peut apporter de précieuses indications sur ses centres d’intérêt et aider à identifier le domaine où l’on aura le plus de chance de s’épanouir. »

 

* Millennials / Génération Y : désigne les personnes nées entre 1978 et 1994. Cette génération représente aujourd'hui la quasi-totalité des jeunes diplômés. Plus diplômés et plus expérimentés que les membres de la génération X (qui l'a précédée), ils interpellent depuis plusieurs années les services RH par leur approche singulière du monde du travail et par les attentes qu'ils nourrissent vis à vis de l'entreprise.

** étude octobre 2015 de l'Apec (Association pour l'emploi des cadres) sur la situation des jeunes diplômés

 

Les résultats du sondage « Quel élément relatif à la recherche d'emploi vous semble le plus difficile à gérer ? »

 

 

% de votes

Le manque d'expérience souvent pointé du doigt par les recruteurs

66%

Les préjugés des recruteurs sur la formation de votre génération

14%

Un réseau professionnel en construction mais qui ne porte pas encore ses fruits

11%

Le fossé générationnel qui peut parfois exister entre les recruteurs et vous

8%

Pas de réponse   

1%

TOTAL

100%

1 Étude réalisée auprès de 1012 jeunes âgés de moins de 15 à 29 ans. L'échantillon est représentatif du salariat français sur les critères de sexe, d'âge, de situation actuelle (en emploi, étudiants, alternance, demandeurs d’emploi). Les salariés ont été interrogés en ligne sur système CAWI (Computer Assistance for Web Interview). Le terrain a été réalisé du 18 au 19 mai 2016. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.

À propos de Monster Worldwide

Monster Worldwide Inc. (NYSE: MWW) est un leader mondial de la mise en relation entre les personnes et les opportunités de carrière, où qu’elles se trouvent. Depuis plus de 20 ans, Monster aide les candidats à améliorer leur vie avec de meilleurs emplois et les recruteurs à dénicher les meilleurs talents. Aujourd’hui, grâce à une présence dans plus de 40 pays, Monster apporte les solutions les plus complètes et les plus sophistiquées en termes de recherche d’emploi, de gestion et d’accompagnement de carrière, de recrutement et de gestion de talents. Monster poursuit son travail de pionnier en transformant le secteur du recrutement grâce à une technologie avancée utilisant des solutions digitales, sociales et mobiles intelligentes – dont monster.fr, notre site phare en France – ainsi qu’une large gamme de produits et services.

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire