Que dire à un collaborateur compétent quand on ne peut pas l’augmenter ?

par La rédaction

 

Comme la majorité des DRH, vous avez peur de voir partir vos meilleurs éléments, et pourtant cette année, vous n’avez pas de budget pour leur octroyer une augmentation. Nos pistes pour faire passer le message.

Le contexte : un ou plusieurs de vos collaborateurs ont largement dépassé leurs objectifs, ils ont même sur performés. Au niveau du savoir-être, ils sont irréprochables. Bref, ce sont des éléments clés de votre organisation que vous ne voudriez pas voir partir. Sauf que cette année, pas d’augmentation possible. Comment leur annoncer ?

 

1 – Etre honnête : le pire que vous puissiez faire est de nier la vérité. Par exemple, de leur dire qu’ils auraient pu encore mieux faire et donc que du coup, ils ne seront pas augmentés. « L’honnêteté intellectuelle est au coeur des préoccupations des salariés. Etre respecté et avoir un interlocuteur honnête peut contribuer au fait qu’ils acceptent de patienter 6 mois supplémentaire », argumente Fabrice Coudray directeur du cabinet Robert Half France.

 

2 – Etre transparent : jouez carte sur table en exposant la situation financière de l’entreprise qui ne permet pas le versement d’augmentation cette année. S’il s’agit d’une décision concernant votre seul service, dites-le. En revanche, ne mentez pas. Si d’autres personnes sont augmentées, dites-le car de toute façon, radio moquette s’en chargera pour vous. Avec une phrase du genre : « cette année, d’autres personnes seront traitées différemment, l’année prochaine ce sera ton tour ». « Le tout sans tomber dans la justification. Expliquez simplement la réalité d’une situation. C’est difficile à attendre pour le collaborateur mais toujours mieux que de lui mentir », assure-t-il.

 

3 Donner des perspectives : c’est effectivement « niet » pour une augmentation de salaire à ce jour mais dans 6, 9 ou 12 mois, vous vous engagez sur une révision salariale, un bonus, une formation, des conditions de travail plus optimales, des moyens complémentaires, des possibilités de télétravail, une révision de la part variable, etc. Vous devez donner des perspectives afin de continuer à susciter motivation et engagement de la part de vos collaborateurs.

 

4 « Timer » vos engagements : vos mots ne doivent pas rester des paroles en l’air. Faites-en un résumé écrit avec des échéances fixes que vous serez dans l’obligation de respecter. Au risque sinon de passer pour un menteur. « Attention, on ne peut mentir qu’une fois à ses collaborateurs. On n’a qu’un droit à l’erreur. Ensuite, la confiance est rompue et c’est trop tard », conclut Fabrice Coudray.

 

Sylvie Laidet 

 

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire