Où en est-on de l’expérience collaborateur en 2021 ?

par La rédaction

En 2020, l’expérience collaborateur en 2020 s’est axée autour de deux enjeux principaux : préserver le lien social pendant la crise sanitaire et maintenir la performance de l’entreprise. Elle a nécessité un investissement considérable sur les plans financiers et humains. Il y a de fortes chances que cette tendance se poursuive si l’on en croit les résultats d’une étude Gartner dédiée à la QVT en 2021 : presque la moitié des collaborateurs se sont tournés vers leur employeur en quête de soutien face aux bouleversements multiples emmenés par la crise sanitaire. Si les entreprises sensibles à la transformation ont d’ores et déjà engagé des budgets et une stratégie pour répondre à un contexte tourné vers la QVT, d’autres ne sont pas encore convaincues qu’il faille améliorer-pivoter l’expérience collaborateur en 2021. Quels en sont les principaux enjeux sur cette année déjà bien entamée ? 

Le management comme vecteur de bien-être au travail

Contraints d’évoluer, les modes de management ont dû se mettre à l’heure de la distanciation sociale tout en contribuant à maintenir le cap d’une activité mise à mal par la crise sanitaire. En 2021, les managers devront poursuivre leur rôle de liant au sein d’organisations en transformation accélérée. Comment les soutenir pendant cette période d’efforts prolongés ? 

La communication au centre de expérience collaborateur

Face aux changements rapides et successifs, les entreprises gagneront à privilégier la clarté de leurs messages. Il s’agit d’aligner le discours de l’entreprise et la ligne managériale, cette dernière jouant un rôle capital dans le relais des informations. La communication à distance s’effectue différemment de celle en présentiel, il faudra s’assurer de sa maîtrise par les managers. Il faudra aussi les rendre conscients de leur rôle crucial de messager, en particulier dans le sillage d’une crise où certains collaborateurs se sont vu imposer le télétravail du jour au lendemain. 

“On a fait beaucoup de communication en réunissant tous les managers beaucoup plus souvent pour diffuser les messages, par exemple toutes les deux semaines. On ne le faisait pas à cette fréquence auparavant. On s’est effectivement beaucoup reposé sur les équipes RH,” raconte Audrey RICHARD, DRH Groupe et engagement des salariés chez Up & Présidente ANDRH lors de notre webinaire dédié à la QVT et à l’expérience collaborateur. 

Dans une récente chronique dédiée à la communication, Gaël Chatelain-Berry, l’instigateur du concept du management bienveillant, a noté le besoin de communiquer de manière plus multidimensionnelle. En effet, nous oublions souvent que le travail de la communication s’effectue à deux niveaux : nous cherchons à nous exprimer et nous souhaitons être bien compris. Vos managers pratiquent- ils ces deux choses ou se limitent-ils à la première ? 

Quid du dialogue social ? Communiquez-vous votre approche et les raisons derrière votre démarche QVT à l’ensemble des collaborateurs ? Ont-ils une bonne compréhension des services et initiatives d’amélioration de l’expérience collaborateur qui sont à leur disposition ? C’est également le rôle des managers, et des organisations syndicales dans certains cas, d’adapter l’information au niveau de leurs équipes. 

La prévention des risques psychosociaux dans les pratiques managériales

Les bouleversements de l’année passée et la reconnaissance accrue des risques psychosociaux, notamment du burn-out, ont refocalisé l’attention sur l’expérience collaborateur en 2021. 

L’équilibre entre vie professionnelle et personnelle a dû intégrer des situations d’isolement ou au contraire de partage d’espace de travail au sein d’un logement comportant des enfants. Le droit à la déconnexion a dû être rappelé pour ménager l’énergie des collaborateurs et leur sommeil. Ces développements ont rappelé l’importance des soft skills comme l’empathie et du relationnel dans le management.  Aujourd’hui, ce sont les RH qui sont formés à la prévention des risques psychosociaux. Demain, les managers qui savent détecter les signaux faibles d’un burn-out ou d’une grande anxiété apporteront une plus grande réactivité pour modifier le quotidien de ces collaborateurs concernés et les aider à surmonter ces moments difficiles. 

Quelles priorités QVT les employeurs en 2021 ?

Dans le sillage d’un déconfinement progressif et des vaccinations intensifiées, nous sommes déjà à mi-chemin d’une année qui reste encore très marquée par la crise sanitaire. L’étude Gartner dédiée à la QVT en 2021 enjoint les employeurs à adopter ces trois angles d’attaque : 

  • S’engager à aider les salariés souffrant de stress et travailler à la prévention des risques psychosociaux. 
  • Personnaliser le soutien apporté aux salariés avec la participation des salariés. Invitez-les à suggérer des modifications pour adapter l’expérience collaborateur à leurs situations professionnelles et personnelles (isolement, garde d’enfants, convalescence de la Covid-19, etc). 
  • Favoriser le dialogue, même sur des sujets sensibles. Plus vous aurez de retours d’expériences et d’avis des collaborateurs, plus vous comprendrez leurs besoins. Organisez des séances de restitutions suite à des initiatives QVT ou effectuez un sondage interne pour récolter les ressentis et proposition de solutions qui pourront se faire source d’actions concrètes.
  • Sortir de la relation de manager et managé : “Le collaborateur est acteur de son quotidien et va venir proposer des éléments concrets et utiles pour l’entreprise,” affirme Thomas Cornet, expert en problématiques d’organisation du travail chez Wittyfit, interrogé lors de notre webinaire sur l’expérience collaborateur

Le lien social reste une priorité

Cette année, le maintien du lien collectif restera une priorité, surtout avec le retour progressif au travail. Certains salariés ont été en télétravail depuis plus d’un an, d’autres en activité partielle, leur retour en présentiel (total ou en réduit) nécessitera un accompagnement. Quelles actions pouvez-vous proposer pour répondre à des sollicitations collectives ? Saurez-vous entrer dans le cas par cas pour optimiser l’expérience collaborateur pour les salariés dans une situation complexe ? Quel accompagnement proposez-vous aux salariés récemment affectés à une nouvelle unité de travail ? Quid des jeunes en début de carrière qui ont dû débuter leur contrat en entreprise par télétravail ? Une multitude de solutions s’offre à vous : des cours sportifs, des challenges interactifs ou encore l’animation de compte réseaux sociaux dédiés aux équipes ou à une thématique fédératrice. Surtout, pensez à impliquer les collaborateurs ! 

La formation dynamise l’expérience collaborateur en 2021

L’expérience collaborateur en 2020 s’est vu malmenée par les confinements successifs et changements de processus ou même de stratégie. Si la digitalisation de certains métiers a pu être menée au pas de course, voici venu le temps de vous assurer que les bases sont bel et bien acquises. La gestion des compétences par les RH est aujourd’hui revue à l’aune de la transformation numérique. Quelles formations pouvez-vous proposer à vos collaborateurs pour accompagner les objectifs de performance en 2021 ? Si la formation à la gestion des équipes à distance reste pertinente pour les managers, d’autres thématiques peuvent se révéler utiles comme la gestion du temps, une introduction aux méthodologies agiles ou encore apprendre à collaborer de manière asynchrone. Comme mentionné plus tôt, la formation à la prévention des risques psychosociaux dédiée aux managers présente un investissement essentiel, surtout en amont d’une reprise d’activité imminente.

La transformation digitale trouve son sens 

Grâce à l’accélération de la transformation numérique imposée par le télétravail, les collaborateurs ont pu gagner en maturité digitale. Malgré ces progrès, l’investissement dans des outils digitaux collaboratifs, si intuitifs qu’ils soient, doit impérativement inclure un volet de formation afin d’en tirer le meilleur parti. 

Les prises de décisions sont peut-être plus rapides et certains processus maîtrisés, mais quid de la façon de réfléchir liée à une activité numérique accrue ? Les collaborateurs ont-ils bien assimilé la logique derrière les processus mis en place ou les effectuent-ils par automatisme ? Une restitution menée sur un outil de captation numérique pourrait faire émerger des réponses. 

L’expérience collaborateur en 2021 comme un enjeu global

La fonction RH peut certainement bénéficier des outils digitaux pensés pour faciliter l’optimisation de la QVT. En revanche, si puissante qu’elle soit, la technologie ne peut remplacer le soutien des décideurs à la fonction RH dans le cas d’une organisation top-down. L’engagement des salariés viendra renseigner des initiatives en réponse aux tendances qui perdurent comme la cohésion d’équipe, la fluidification du travail à distance et la gestion du stress. En somme, l’expérience collaborateur en 2021 mettra à la fois l’accent sur des initiatives collectives que sur la résolution de problèmes au cas par cas.

La fonction RH reste décidément au centre de l’animation et l’optimisation de l’expérience collaborateur. Cela dit, cette dernière constitue un enjeu collectif pour l’organisation. Avant tout, la stratégie globale d’entreprise doit s’accentuer sur l’humain si elle veut s’inscrire dans le temps et agir en profondeur. Les RH peuvent l’animer de manière stratégique, mais sans l’engagement de l’ensemble de l’entreprise, l’expérience collaborateur reste fragile et à la merci de facteurs externes comme un nouveau confinement imposé ou un bouleversement interne à l’entreprise. Après tout, ce sont les salariés qui œuvrent au bon fonctionnement de l’entreprise au quotidien, leur bien-être est directement corrélé à celui de l’entreprise.

 

Mai Trebuil

 

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire