NAO, êtes-vous prêts à entrer dans l’arène ?

par La rédaction

Pour les dirigeants et la fonction RH d’une entreprise, l’enjeu des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) est de taille. Ainsi, cette dernière a tout intérêt à avoir été préparée en amont si vous souhaitez qu’elle soit efficace et constructive.
Chaque année, partenaires sociaux et dirigeants d’entreprises se réunissent pour faire le bilan de l’année écoulée et prévoir l’année à venir en vue d’apporter des améliorations durables pour l’ensemble des collaborateurs de la structure.
Souvent chaotiques et parfois même conflictuelles, ces négociations représentent pour vous une étape de la vie d’entreprise qu’il s’agira de manager avec succès pour favoriser un bon climat social au sein de votre établissement.

Soyez au point sur vos obligations légales

La loi Rebsamen, applicable depuis le 1er Janvier 2016, impose aux entreprises représentées par une ou plusieurs organisations syndicales de mener des négociations annuelles. Dans ce cadre, trois thématiques sont à aborder absolument :
 

  • La qualité de vie au travail et les leviers d’égalité hommes/femmes dans le cadre professionnel. Cette négociation doit être réévaluée tous les ans.

 

  • La question de la rémunération et tout ce qui y attrait, ainsi que le temps de travail et le partage de l’épargne salariale doivent également être renégociés annuellement.

 

  • La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) pour les entreprises de plus de 300 salariés doit quant à elle être menée de façon triennale.

Pour autant, les thématiques imposées par cette loi n’empêchent en aucun cas les entreprises de traiter d’autres sujets qu’elles jugeront nécessaire d’aborder.
Par ailleurs, l’ordonnance du 22 Septembre 2017 autorise désormais la fixation d’un accord d’anticipation. Elle offre la possibilité de négocier sur les éléments de planning, de périodicité, de thématiques ainsi que de modalités de négociation. La durée de validité de l’accord d’entreprise sera alors d’une durée de 4 ans maximum.

Préparer l’échange

La préparation de l’échange consiste d’abord à recenser les documents obligatoires, à prendre le temps de resituer les étapes clés de l’année écoulée ainsi que les éléments de contexte essentiels à mettre en avant au cours de la négociation.
Faites ensuite une veille concurrentielle, elle pourrait vous servir à apporter des éléments de comparaison si cela s’avérait nécessaire au cours de la négociation.
Avant l’échange, définissez les thèmes essentiels à aborder et dans quel ordre vous souhaiteriez les traiter en prenant soin de les prioriser.
Pour finir, prévoyez et anticipez les revendications possibles des partenaires sociaux et préparez un argumentaire en conséquence.

Au cours des négociations

Au démarrage de l’échange, il est important de fixer un cadre afin de limiter les éventuels débordements.
Par ailleurs, tout au long des négociations, il est primordial que vous sachiez rester flexible et à l’écoute en gardant toujours à l’esprit les limites à ne pas franchir.
Il peut arriver que les échanges deviennent virulents avec les syndicats au cours des négociations annuelles obligatoires. Quoiqu’il advienne, ne vous laissez pas dépasser, sachez rester à votre place et garder une posture professionnelle en toute circonstance. Le plus important sera de toujours avancer avec intelligence et bienveillance.
Si les NAO sont parfois musclées et conflictuelles, n’oubliez pas qu’elles existent pour une raison que tout le monde partage: celle d’améliorer la vie en entreprise pour tous au quotidien.
Camille MOUCHOT

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire