Pour valoriser votre démarche RSE, partez à la conquête du label B-Corp !

par La rédaction

On le voit chaque jour davantage : les salariés sont de plus en plus motivés par la quête de sens et le développement durable. Par ricochet, les entreprises sont devenues des lieux d’ébullition majeurs pour l’action éthique. En témoigne, par exemple, la loi pacte de 2019. Globalement, côté démocratisation et adoption de la démarche RSE – la Responsabilité Sociétale des Entreprises – on y va donc à fond … Et du côté français, on peut vraiment dire que les lignes bougent ! Avec cet heureux vent nouveau, de nombreuses associations souhaitent apporter leur valeur ajoutée pour accompagner les entreprises sensibles aux approches extra-financières et porteuses de sens. Tant sur le plan de la gouvernance et de l’environnement que sur celui de la société dans son ensemble. Pour valoriser le respect scrupuleux de comportements éthiques, l’ONG B-Lab propose aux entreprises un label très prisé et reconnu à l’international : le label B-Corp.

En quoi consiste-t-il et comment l’obtenir ? Focus ci-dessous !

 

Qu’est-ce que le label B-corp ?

Le Label B-Corp – pour “Benefit Corporation” – voit le jour en Amérique en 2006.

Pour B-Lab, l’ONG américaine qui le délivre, l’objectif est clair : promouvoir au sein de toute entité à but lucratif – indépendamment de sa forme juridique et de l’emplacement de son siège social – une gestion durable et alignée, doublée d’une approche éthique du business !

Mais vous vous demandez sûrement une chose bien logique. Y a-t-il des entreprises connues parmi les labellisés ? Et la réponse est oui ! Patagonia, Ben & Jerry’s ou encore Natura y figurent. Et la récompense n’est pas tombée par magie. Ces entreprises ont réellement dû montrer patte blanche pour prouver qu’elles étaient dignes du label.

Pour espérer recevoir l’onction à votre tour, vous voilà prévenu : vous devrez “matcher” avec un ensemble de critères d’éligibilité exigeants. Sont évalués, par exemple, l’impact écologique des activités de l’entreprise, le bien-être des employés, ou encore la qualité de la gouvernance.

En matière de responsabilité et de transparence des activités, c’est clairement la recherche d’un impact positif global – et à long terme – qui conditionne l’obtention de cette fameuse récompense.

Délivré pour 3 ans, le label B-Corp oblige les détenteurs à conserver un niveau d’éthique exigeant sur la durée : comme en amour, si vous n’y veillez pas, vos espoirs de reconquête à l’issue du délai de validité ne seront qu’illusoires.

Cette rigueur du label oblige donc la gouvernance à rester alerte et droite dans ses bottes. Moralité, aucune entreprise ne peut “être B-Corp” sans s’en donner sérieusement les moyens.

illustration de la certification B-Corp

 

Que faire concrètement pour figurer parmi les élus de la communauté B-Corp ?

Pour être plus concret, voici quelques actions que vous devrez entreprendre pour espérer obtenir votre précieux sésame, et ainsi faire vôtre le crédo de B-Corp : “Ne pas chercher à être la meilleure entreprise du monde, mais à être la meilleure pour le monde”.

Vous devrez venir à bout de 4 étapes exigeantes !

 

L’évaluation gratuite de vos performances extra-financières

La première étape consiste en une auto-évaluation de l’activité de l’entreprise. Rendez-vous sur le site suivant. Remplissez le questionnaire “BIA” (business impact assessment). Après avoir répondu à un certain nombre de questions inspirées des principes du développement durable (rapport Brundtland…), vous obtiendrez un score.

Si ce score est égal ou supérieur à 80 points sur 200, félicitations vous devenez éligible à la certification ! Le questionnaire prend bien 2 à 3 heures. Si vous voulez vous évaluer succinctement dans un premier temps, nous vous recommandons d’effectuer ce premier test de 30 minutes.

Un simple questionnaire ? Sachez que ce questionnaire est géré par un sous-comité principal en charge des normes de certification (calculs des notes, contenus etc). Il n’est donc pas à prendre à la légère.

Exemple de questions : De quel pourcentage votre empreinte carbone a-t-elle été réduite au cours de la dernière année ?

 

Quelles sont les normes à respecter ?

Dans tous les cas, pour le label B-Corp, 5 domaines d’impact distincts (ou indicateurs de référence) sont principalement représentés. C’est sur cette base que vous devrez travailler le caractère vertueux de vos activités.

 

1. Gouvernance

Du côté du board et de la gouvernance, l’activité opérationnelle doit être éthique. De nombreux critères d’exception sont évalués. Comme la transparence, les méthodes managériales horizontales et la confiance entre collaborateurs. La manière dont le capital est alloué et bénéficie à la société civile (versements à des associations par exemple) est également appréciée.

 

2. Environnement

Plus une entreprise minimise son impact sur la planète, plus elle est susceptible d’avoir des points dans ce domaine.

Le critère environnemental impose une réflexion sur le taux d’émission de CO2 de son activité et des opérations concrètes pour le diminuer, ou encore des actions directement écologiques (plantations de forêts, préservation d’écosystèmes…).

 

3. Communautés

Une entreprise B-Corp doit s’impliquer pour avoir un impact positif sur la collectivité et la population locale.  S’intéresser plus en détail à la chaîne de valeurs (fournisseurs…) et travailler selon le modèle “Fairtrade” constituent des pratiques qui vous apporteront des points.

 

4. Collaborateurs

Du côté des collaborateurs, votre business model doit être tourné vers l’inclusivité, l’égalité, le respect des différences et du bien-être des salariés. Vous devrez aussi prouver que votre entreprise répartit sa valeur ajoutée dans un esprit de justice et que les écarts de salaire ne sont pas stratosphériques…

 

5. Clients

L’ONG B-Lab valorise les sociétés qui apportent de réels bienfaits à la société (santé publique, biens de consommation durables…). Sont exclues d’emblée les entreprises du tabac ou de l’armement. La qualité du lien entretenu avec la communauté des consommateurs est également évaluée.

Plus une entreprise arrive à concilier ces 5 approches et à délivrer de la valeur dans chacune d’elles, plus elle se donne des chances d’obtenir sa certification.

 

B-Corp des standards élevés atour de 5 piliers

 

Comparer vos résultats avec vos (futurs) pairs

Une fois que vous avez les résultats sous les yeux, on ne vous lâche pas dans la nature. Vous pouvez comparer vos performances avec plus de 40 000 entreprises déjà labellisées.

Pour vous aider à réaliser ce point, vous pouvez vous reposer sur deux comptes-rendus !

  1. « A Quick Snapshot Report » : vous permet d’identifier les points sur lesquels l’entreprise s’en sort le mieux, et ceux sur lesquels il faut travailler.
  2. « B Impact Report » : vous permet de bénéficier d’une vue plus large de vos performances pour faire vos choix d’ajustements stratégiques.

 

Workout !

Maintenant que vous avez un maximum d’informations sur vous-mêmes, il est temps de créer un plan d’amélioration.

Étudiez les questions de votre auto-évaluation, essayez d’ajuster votre pratique en entreprise pour cocher un maximum de cases et continuez à travailler sur celles que vous maîtrisez déjà pas mal.

Le but est vraiment de conserver les bonnes pratiques que vous avez déjà intégrées, tout en visant l’adoption de nouveaux réflexes. Il serait dommage de perdre ce que vous avez déjà en poche en zappant vos acquis lors d’un plan de réajustement.

Cette phase peut être éprouvante, mais il est nécessaire d’en passer par là. Gardez la motivation et entraînez-vous ! Vous pouvez repasser le questionnaire d’auto-évaluation autant de fois que vous le souhaitez.

 

Il est temps de prouver ce que vous valez !

Ça y est, vous vous sentez fin prêt pour décrocher votre titre. Via l’auto-évaluation, vous avez déjà réalisé une partie du processus.

Maintenant, il va falloir que des auditeurs vérifient la pertinence de vos réponses. C’est l’agence de notation Standard’s Trust (ou le cabinet Utopies en France) qui s’en occupe.

Son objectif est de valider le score obtenu lors de votre auto-évaluation. Après validation, l’agence responsable vous fait signer les conditions et la Déclaration d’interdépendance B-Corp. Bravo, vous voilà labellisé !

Une fois chose faite, vous envoyez les résultats de votre évaluation à l’ONG B-Lab. Elle vous demande des documents justificatifs et organise une visite de vos locaux.

 

Le prix B-Corp

Pour pouvoir entrer et rester dans la communauté, vous devrez vous acquitter de frais annuels correspondant à votre importance financière (entre 500 et 50 000 € selon votre chiffre d’affaires). Une somme non négligeable, mais qui vous donnera accès à de nombreux avantages, comme vous le verrez ci-après.

 

Certification B-Corp

 

Quelques conseils pour optimiser vos chances d’être labellisé B-Corp

Devenir B-Corp n’est pas une mince affaire. Voici quelques conseils.

 

S’inspirer des règlements extra-financiers reconnus

Chaque agence de notation développe ses propres critères de performance ESG. Mais pour avancer dans le bon sens, une entreprise a tout intérêt à soumettre la pertinence de ses engagements à un certain nombre de normes internationales en matière extra-financière.

La norme ISO26000 ou toute autre norme associée à la finance durable des pays résidents (règlement SFDR en Europe) sont des indicateurs de référence forts pertinents pour l’acquisition du label B-Corp !

 

Se mettre en question profondément pour changer efficacement son organisation interne

Si vous souhaitez changer certaines pratiques au sein de votre entreprise, vous ne pourrez pas y arriver seul. En imposant un changement brutal à votre organisation, vous risquez des réticences, des échecs, une perte de temps et d’argent. Il faut clairement veiller à utiliser une approche managériale adaptée pour changer sainement et sereinement. L’amélioration de votre RSE est une démarche collective, et la pertinence de votre organisation interne doit être challengée correctement.

Cela suppose d’intégrer un état d’esprit adapté pour se confronter à ses paradoxes, et rester honnête vis-à-vis de soi-même ! Mais aussi d’établir les conditions du parler vrai, quelles que soient les positions hiérarchiques des uns et des autres.

 

Les avantages concrets à être B-corp

Faisons une petite liste non exhaustive des raisons (innombrables) pour lesquelles le label B-Corp peut vous être très utile.

 

1. Être (encore) plus agile

Tous les trois ans, votre label B-Corp doit être renouvelé. Loin d’être une contrainte, cette particularité est un aiguillon qui encourage les saines habitudes et booste la qualité générale de votre business.

Vous n’avez d’autre choix que d’être porté par une vision sur le long terme de vos objectifs !

Avec une perspective durable, vous avez toutes les chances de briller sur le plan économique et de générer un cercle vertueux qui promet de belles années d’activité ! Qui plus est, vous anticipez les éventuels durcissements de la réglementation en matière de RSE. Vous devenez simplement plus “antifragile” !

 

2. Rester attractif et développer son image de marque

En banque, il est connu que le risque de réputation est certainement l’un des plus importants. Avec le développement de la finance durable (et la pratique des réseaux sociaux), il se transforme en un risque non négligeable pour toutes les entreprises du monde.

Être jeté dans la catégorie des infréquentables/indésirables peut détruire très rapidement un business.

Pour tous vos partenaires (investisseurs, clients, fournisseurs et salariés), le label B-Corp montre que votre société est sur les bons rails et que votre activité est attractive. Il témoigne d’une dynamique sociale et culturelle portée vers le sens extra-capitalistique. Une bonne manière, au passage, d’attirer les meilleurs talents au sein de vos équipes opérationnelles.

 

3. Accéder à une communauté internationale géniale

Être labellisé B-Corp, c’est faire partie d’une communauté d’entreprises qui partagent les mêmes valeurs. Réseauter avec elles vous permettra de tisser des liens économiques sains… Et de créer des partenariats avec des acteurs qui ont de grandes chances d’être en phase avec vos objectifs.

Cette communauté vous permettra de bénéficier de points de chute partout dans le monde et de réussir plus facilement à l’étranger.

 

4. Mieux se connaître soi-même

La démarche de labellisation B-Corp est une expérience philosophique de remise en question.

Révéler objectivement votre engagement dans le développement durable est excellent pour améliorer votre business à 360° et vous rendre encore plus fier de ce que vous faites.

 

B-Corp : une certification qui séduit de plus en plus les européens

Devinez où se trouvent les premières entreprises européennes  labellisées en 2014 ? Si on vous dit chocolat, fromage, Seferovic ? Bravo, c’est bien la Suisse. Et c’est seulement en 2015 que les premières entreprises françaises ont été certifiées.

Aujourd’hui, plus de 100 entreprises “bleu, blanc, rouge” sont certifiées B-Corp. Au sein de cette communauté, on peut noter la présence de plusieurs marques connues comme Nature et Découvertes ou encore La ruche qui dit Oui ! L’association B Lab France a même été créée en 2019 : une excellente manière de porter le mouvement en France et d’accroître sa visibilité.

B-Corp a beau n’avoir que 16 ans, le label est en pleine percée en Europe. Aujourd’hui, près de 4000 entreprises réparties dans 70 pays différents figurent parmi les rangs de la communauté de l’ONG B-Lab.

Vous souhaitez challenger votre entreprise pour qu’elle soit plus qu’une simple cash machine ? Utiliser votre aura pour avoir un impact positif sur le monde ? Alors emboîtez le pas et obtenez votre label B-Corp !

 

Virgil Dablon

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire