Echanges et réseau de compétences avec le Groupe renforce

par La rédaction

S’appuyant sur 18 années d’expérience de ses consultants fondateurs, le groupe RENFORCE, est spécialisé dans l’appui aux Entreprises pour le Recrutement, la Formation, le Conseil Commercial et les Ressources Humaines. Regroupés autour d’un projet commun, partageant une éthique et des pratiques différenciantes, les acteurs de ce réseau ont mis en commun la structure et les moyens de leur action que ce soit en Recrutement Cadres, Formation ou Conseil.
En sachant que tous les secteurs et toutes les entreprises ne se ressemblent pas, RENFORCE refuse de décliner une méthode pour tous ou des solutions toutes prêtes, et propose donc des réponses adaptées aux différentes problématiques, en prenant en compte les situations, les contraintes et les enjeux ainsi que l’univers d’activité. La volonté affichée : Initier et développer une relation durable entre les Hommes et l’Entreprise.

 

My RH Line a rencontré Philippe Thivolle, Dirigeant Fondateur du Groupe RENFORCE.

My RH Line : Pouvez-vous nous présenter le Groupe Renforce ?

Philippe Thivolle : Le Groupe RENFORCE est un réseau, un club de sociétés de tailles différentes, spécialisées dans le conseil, principalement le conseil RH. Il s’agit d’abord d’une rencontre entre les individus et non d’une franchise. Le Groupe est né de la volonté de concaténer des compétences, des qualités humaines, des profils spécifiques très attentifs à la relation et aux contacts avec les candidats ou les stagiaires. Cette rencontre a lieu entre des individus qui ont créé des entreprises par eux-mêmes, la volonté de développer leur activité et de ne pas le faire seul, de se regrouper, d’être à plusieurs pour être plus forts.
 

My RH Line : Qu’apporte le Groupe à chacun de ses membres?

Philippe Thivolle : Nous avons la possibilité d’échanger entre nous au lieu de travailler chacun dans notre coin. Nous  nous rencontrons, réfléchissons sur des problématiques communes, ou sur un marché. Cette année, le thème du recrutement est un bon exemple de discussion. Le Groupe nous permet également de réunir nos capacités d’intervention chez un client, voire de mettre en avant des compétences, un nombre de consultants, une capacité géographique, ce qui peut être très intéressant pour un client qui a des sites ou des antennes un peu partout sur le territoire français.
Il y a également une mutualisation des moyens puisque pour des opérations, notamment sur le recrutement, tout le back-office est centralisé, la partie secrétariat, la partie relation candidat, la gestion du sourcing, les relations avec les job boards et autres. Tout cela est centralisé et mutualisé de manière à permettre à chaque consultant de pouvoir intervenir de façon plus souple et d’avoir à s’occuper principalement des candidats qui ont été sélectionnés.
 

My RH Line  : Quelle volonté de départ vous a incité à créer ce groupe?

Philippe Thivolle : C’est une volonté personnelle initialement. Quand on a fait le tour d’une activité seul ou dans une toute petite équipe, on s’aperçoit qu’on peut scléroser intellectuellement et on a besoin d’avoir des contacts, des rencontres, des échanges avec des collègues ou des partenaires. J’ai eu une volonté de m’ouvrir à des collègues ou à des intervenants supplémentaires de manière à ne pas travailler seul. Il y a eu un besoin psychologique. J’ai fait le tour de mes contacts et je me suis aperçu que beaucoup de personnes étaient dans cet état-là et avaient envie à un moment donné, tout en restant indépendants, de pouvoir discuter, échanger, communiquer, participer. Le Groupe RENFORCE est né de cette alchimie de rencontres entre des indépendants et leur envie de garder leurs différences, leurs spécificités et le besoin inhérent à chaque individu de faire partie de quelque chose.
 

My RH Line : Quelles valeurs développez-vous?

Philippe Thivolle : Celles qui sont majeures, concernent la relation aux candidats et aux personnes avec lesquelles nous travaillons. Cela est bien indiqué et est même dans notre process. Il s’agit d’un élément fort de notre démarche puisque, par exemple, nous donnons depuis des années des réponses positives ou négatives en direct aux candidats. J’ai lu dernièrement dans la presse qu’un grand cabinet commençait à faire ce genre de démarches. Je suis un peu surpris car c’est le b.a. ba du métier, c’est la moindre des choses à faire envers les candidats qui ont un certain espoir en vous. Il est nécessaire de les rappeler pour leur dire ce qu’il en est et pourquoi. Cela paraît évident mais ce n’est pas toujours facile, d’abord pour une question de temps et parce qu’il est toujours plus facile de dire "je vous prends" plutôt que "je vous refuse". C’est un acte volontaire qui prouve bien notre engagement vis-à-vis des individus. Nous faisons attention à la forme et y mettons un soin particulier.
Les valeurs se déclinent sur un certain nombre d’éléments. En ce qui concerne la formation, nous soignons la qualité de la relation avec les stagiaires. Nous avons décidé de faire des formations pragmatiques, utiles plutôt que des formations théoriques de manière à ce que le stagiaire, à la sortie d’une intervention, puisse mettre en œuvre très rapidement quelque chose même sur du long terme. Il doit pouvoir, dans les semaines qui suivent, commencer à enclencher quelque chose grâce à ce qu’on lui a appris. Nous sommes dans une démarche pragmatique, pas du tout théorique.
Dans le métier du conseil, qu’exercent quelques unes de nos sociétés, c’est la volonté de faire, proposer des réponses qui soient directement liées à ce que nous pourrions faire nous mêmes pour notre propre entreprise. Nous le ferions si nous avions les commandes de l’entreprise. Nous nous engageons d’une certaine manière et nous prenons la mesure des impacts et des coûts que cela peut engendrer. C’est une prise de risque morale dans la façon de faire.
 

My RH Line : Comment sont sélectionnés les partenaires ?

Philippe Thivolle : Tout d’abord, il est important de préciser que nos partenaires travaillent ou non sous le nom du groupe. Les adhérents sont libres. lls travaillent sous l’appellation RENFORCE pour une opération mutualisée, ou sous leur propre nom.
La sélection de nos partenaires se fait à travers des rencontres entre des individus. Par exemple, je vais rencontrer prochainement la Directrice d’un cabinet italien qui a souhaité échanger avec nous et avoir des liens avec la France. Nous avons déjà le cas avec l’Angleterre, l’Espagne et la Suisse. Un premier contact se crée via le réseau, le carnet d’adresses et nous nous rencontrons. Nous voyons très rapidement dans les propos, dans les échanges, dans les façons de faire, de la même façon que lors d’un recrutement, si la collaboration est possible. Nous sommes attentifs aux mots employés, aux éléments qui vont nous donner des alertes ou des infos sur la qualité ou l’intérêt de la personne par rapport à notre propre vision. Si la personne correspond, nous allons le sentir très rapidement, cela va se voir dans sa qualité d’échange, la curiosité qu’elle va avoir vis-à-vis de RENFORCE et des autres adhérents ou aussi dans la possibilité de vouloir apporter quelque chose au système. Il ne s’agit pas d’une franchise, il faut développer l’esprit d’apport. Cela peut être des compétences, de la formation, de l’information, de la communication… Il y a une volonté de donner, nous ne sommes pas là que pour recevoir.
Nous opérons un vrai recrutement, avec un certain nombre d’étapes avec des éléments d’évaluation sur le comment, la façon de faire et la qualité de l’interlocuteur.
Les membres du réseau peuvent bénéficier d’une aide administrative. Ils peuvent avoir besoin du secrétariat par exemple. Nous avons des tailles d’entreprises différentes de 1 à 250 personnes. Les écarts et les besoins ne sont pas les mêmes. L’indépendant peut avoir besoin du standard, pendant 15 jours, cela fait partie de ce que nous offrons automatiquement à nos adhérents. Nous achetons aussi parfois du matériel en commun…

My RH Line : Quel est l’intérêt pour un client de faire appel au Groupe RENFORCE ?

Philippe Thivolle : Nous sommes dans le métier depuis 18 ans et cela peut rassurer un client sur nos compétences, notre expérience (les témoignages des clients, la qualité des entreprises avec lesquelles nous avons travaillé.) Nous avons su démontrer que nous savions travailler dans des métiers assez différents.
Nous apportons aussi à nos clients notre capacité d’intervention un peu partout en France voire dans certains pays européens, cela n’est pas évident pour un indépendant. Certains de nos adhérents ont des bureaux en province, nous pouvons donc y travailler. Quand un client a un réseau de sites, de magasins, avec un besoin d’intervention un peu partout sur la France, il aurait tendance à consulter un cabinet qui a cette capacité d’intervention.
Il faut être humble, l’indépendant peut être aussi bon que nous en terme qualitatif. Ce que nous apportons en plus, c’est une disponibilité géographie, la capacité d’intervention et l’expérience généraliste sur des métiers très divers. Nous centralisons l’organisation de manière à avoir une intervention et une qualité de travail uniformes.

My RH Line : Vous avez lancé un jeu concours sur le recrutement des cadres. Pourquoi avez-vous entamé cette démarche?

Philippe Thivolle : J’ai été gêné par certains commentaires de candidats sur le net. On peut sentir de la tension, de la rancœur, de la gêne, inhérents à la façon de faire de certains cabinets. Ce type de relations me choque car ce n’est pas l’objet de ce métier. L’objet de ce métier n’est pas de dire oui à tout le monde mais d’évaluer la capacité d’un individu à intégrer une entreprise ou un projet. Cette démarche nécessite un gros travail de relation avec les personnes rencontrées et les candidats avec lesquels on échange. J’avais envie de travailler à mon niveau sur une meilleure relation entre les cabinets et les candidats, une meilleure perception de notre métier.
J’en ai discuté avec mes collègues du Réseau et nous nous sommes demandés quoi faire, ce que nous pouvions apporter. A partir de ce mot "apport", nous avons décidé d’apporter des conseils. Nous pouvions le faire de manière ludique ou didactique.
Nous sommes allés vers le jeu concours avec la volonté d’entraîner une réflexion, une interpellation sur les manières de faire des candidats pour apporter, d’une manière différente notre appui à tous ceux qui sont en recherche d’emploi et ils sont nombreux aujourd’hui.
Plus d’un millier de personnes a participé à l’opération et j’attends avec une certaine fébrilité de connaître le résultat final et le tirage au sort pour les lots en jeu.
Le but est de faire réfléchir les candidats. Le fait qu’un cabinet soit à l’origine de ce projet est une façon un peu originale de changer les relations.

 

 

 Propos recueillis par Anne-Sophie Duguay

 

www.renforce.com

Articles RH relatifs

Laisser un commentaire