Bilan social individuel : un outil RH stratégique

Bilan social individuel, à ne pas confondre avec le bilan social qui lui n’est pas un bilan individuel, est de plus en plus plébiscité au sein des entreprises. Cette démarche de bilan individuel n’est pas obligatoire légalement. Le BSI est personnalisé et adapté au profil de chacun des collaborateurs, bénéficie à la marque employeur et à l’attractivité de l’entreprise, tout en favorisant la fidélisation des talents. En effet, il apporte de la transparence sur la politique de rémunération, les engagements et les actions sociales menées par l”entreprise et donc de façon individuel.

Découvrez à quoi correspond le bilan social individuel (BSI), comment le rédiger, les éléments clés, ses avantages…

 

Qu’est ce que le Bilan social individuel ?

Bilan social : définition

Les entreprises de plus de 300 salariés doivent rédiger, chaque année, un bilan puis le soumettre au Comité Social Économique (CSE), selon la loi 77-769 du 12 juillet 1977.

Ce document permet d’obtenir une vision synthétique de la situation au niveau social de l’entreprise au cours des 3 dernières années. En effet, les données chiffrées du document illustrent les conditions sociales des collaborateurs et les évolutions au cours des 3 dernières années. Le bilan social permet à l’entreprise de savoir quelles actions mettre en place pour s’améliorer, ou de pouvoir communiquer efficacement sur ses engagements et sa situation actuelle. Il doit être communiqué gratuitement à chaque collaborateur en faisant la demande. Faute d’établissement du document et de consultation du CSE, l’entreprise peut être sanctionnée d’une amende de 7 500 euros.

 

Les indicateurs clés :

  • les indicateurs d’emploi
  • les indicateurs de rémunérations et de charges
  • les indicateurs de santé et sécurité au travail
  • les indicateurs de conditions de travail
  • les indicateurs de formation
  • les indicateurs de relations professionnelles
  • les indicateurs de conditions de vie relevant de l’entreprise

 

Pourquoi un bilan individuel ?

Le bilan social n’est pas individuel mais pour toute l’entreprise, document légal obligatoire au sein des entreprises de plus de 300 salariés donne une vision globale de la situation sociale de l’entreprise.

Pourquoi le rendre individuel ? Le bilan individuel, lui, est un outil de gestion des ressources humaines qui n’est pas obligatoire légalement. Le BSI (bilan social individuel) est rédigé par l’entreprise qui peut personnaliser le document selon sa culture d’entreprise, son actualité ou encore ses objectifs. Il est unique, individuel et récapitule donc tous les avantages perçus par le talent durant l’année.

 

Destiné à chaque salarié, le bilan individuel reprend toutes les composantes de sa rémunération : le salaire brut et net (fixe et variable), les cotisations salariales, l’épargne retraite, salariale, prévoyance, la complémentaire santé, les avantages en nature, la formation, le temps de travail, et des charges patronales.

 

Un levier de motivation et de fidélisation des collaborateurs

Le bilan social individuel est un outil qui valorise la politique sociale, salariale et de formation de l’entreprise.

Ce bilan individuel permet à l’entreprise de se démarquer et d’être compétitive sur le marché de l’emploi en mettant en avant ses avantages sociaux et toutes les actions bénéfiques envers les salariés. De plus, le bilan individuel résume les différents éléments de la rémunération des collaborateurs et l’investissement financier de leur organisation (participation aux tickets restaurants, à la mutuelle, aux titres de transports, épargne salariale, actions culturelles et sociales…). Les données sont ainsi inscrites de manière claire, pédagogique et transparente sous formes de tableaux, graphiques ou autres contenus visuels dans le bilan social individuel.

Enfin, le bilan social individuel peut accompagner l’onboarding des nouvelles recrues en complétant un livret d’accueil remis aux nouveaux arrivants.

 

À la fois outil de communication et outil pédagogique, le bilan social individuel favorise l’implication et la fidélisation des talents, à la recherche de plus de transparence de la part de leur hiérarchie.

 

Pourquoi mettre en place un bilan social individuel ?

Les bénéfices du bilan social individuel pour le collaborateur

Le bilan social individuel est un document individualisé qui intègre tous les avantages dont a bénéficié le collaborateur durant l’année ainsi que sa rémunération et parfois des thématiques telles que la QVT, l’équilibre vie privée vie professionnelle, le bien être au travail …

Chaque bilan social individuel est donc unique et personnalisé selon le profil de chaque collaborateur. Grâce au bilan social individuel, le talent bénéficie d’une vision globale sur son salaire et ses avantages perçus, ou non, durant l’année. Garder cette trace écrite (ou numérique) lui permettra de négocier des prestations similaires s’il vient à changer de poste.

Il  est disponible sous différents formats et donc dématérialisé pour un accès simplifié : PDF, plateforme en ligne, diaporama, animé…

Le bilan social individualisé permet aux talents de se familiariser avec le fonctionnement de la stratégie RH, et en particulier de la politique de rémunération de l’entreprise. Ainsi, ils peuvent par exemple utiliser leur bilan social individuel lors des entretiens annuels.

 

Les bénéfices du bilan social individuel pour l’entreprise

Le bilan social individuel est un outil de valorisation de la politique de rémunération générale de l’entreprise, et d’explication du fonctionnement de l’entreprise. Il permet aux entreprises de dresser le bilan des avantages perçus par les talents, et de les réunir au sein d’un document pour qu’ils en prennent connaissance.

En effet, expliquer avec pédagogie et décrire clairement les dispositifs instaurés au sein de l’entreprise permet une meilleure compréhension des collaborateurs favorisant ainsi leur adhésion, leur motivation et leur engagement.

L’étude sur le rapport au travail d’Actual Group et BETC décrit la recherche de sens, la transparence et l’engagement social des entreprises comme faisant partie des nouvelles attentes des français. Et justement, le bilan social individuel est au service d’une certaine transparence et authenticité. Car valoriser une politique de rémunération équitable et transparente, et mettre en avant les avantages sociaux perçus participent à améliorer la marque employeur et à développer la fidélisation ainsi que l’engagement des salariés.

Le contenu du bilan social individuel doit être adapté à l’identité de la structure en respectant et mettant en valeur sa culture d’entreprise, le positionnement quant à ses pratiques de rémunération, sa stratégie RH, les pratiques et habitudes des talents …

 

Cas d’usage du

  • Processus de recrutement

Le bilan social individuel peut être utilisé lors des entretiens de recrutement. En présentant le document aux candidats, le recruteur peut ainsi présenter le fonctionnement de l’entreprise : sa stratégie salariale, son engagement et ses avantages sociaux, sa politique de gestion de carrière, de formation…

 

Comment réussir l’onboarding,  un moment clé du parcours indviduel du talent au sein de l’entreprise. S’il est réussi, que le collaborateur a une vision transparente de la stratégie des ressources humaines, l’onboarding augmentera le taux d’engagement des salariés et donc réduira considérablement les risques de turn-over.

 

  • Entretien Annuel

Au cours de l’entretien annuel, le manager, le professionnel RH ou le collaborateur peuvent utiliser le bilan individuel (BSI) afin de compléter et appuyer leurs propos sur des données factuelles et synthétiques propres et individuel à chaque salarié. De plus, le bilan social individuel peut servir de support pour effectuer des simulations d’évolution de carrière et de trajectoires personnelles.

 

Comment créer un bilan social individuel ?

Avant de rédiger un bilan social individuel, l’entreprise doit se poser plusieurs questions : quels sont les objectifs (quels sont les messages à faire passer…) quels sont les dispositifs à mettre en valeur ? les avantages et autres prestations sociales ?… Retrouvez les différentes étapes nécessaires à la conception d’un bilan social individuel.

 

Étape 1 : Définir les objectifs et le contenu du bilan social individuel

La seconde étape consiste à identifier les objectifs de l’entreprise liés à la mise en place du bilan social individuel. Les messages à faire passer doivent être listés clairement et précisément, la manière de les valoriser également. Le bilan individuel (BSI) n’est pas une liste énumérant les primes et bonus de chacun, car il valorise également les avantages sociaux, les thèmes de QVT, de bien-être au travail, de conciliation des temps de vie… Ainsi, grâce au bilan social individuel et à la transparence qu’il apporte, les collaborateurs sont davantage fidélisés et engagés.

Enfin, les contenus et formats du bilan individuel (BSI) sont donc individualisés, adaptés et propres à chaque entreprise. Ils correspondent et mettent en valeur la culture d’entreprise en respectant ses objectifs, son fonctionnement, son actualité…

 

Étape 2 : Exemple d’éléments du bilan social individuel

Vous pouvez inclure les éléments suivants dans votre bilan individuel (BSI), pour le rendre le plus individuel possible :

  • Nom du collaborateur
  • Nom de l’entreprise et adresse
  • Introduction expliquant la démarche et les objectifs du bilan social individuel
  • Informations concernant le salarié : date de début de contrat, intitulé du poste, statut, horaires de travail
  • Rémunération détaillée (salaire fixe, variables, épargne salariale, cotisations sociales, augmentations…)
  • Dispositifs de retraite, prévoyance et épargne salariale présentés
  • Présentation des avantages sociaux et actions sociales et culturelles (logement, ordinateur, voiture de fonction, places en crèche…)

 

Étape 3 : choisir les supports adaptés au bilan social individuel

Choisir les bons supports ainsi que les formats les plus pertinents est indispensable pour valoriser le contenu du bilan social individuel. En effet, il faut prendre en compte la culture d’entreprise, la marque employeur, l’environnement de travail, les pratiques et les habitudes professionnelles des talents.

Lebilan individuel (BSI) existe en version papier ou bien l’entreprise pour le fournir en version dématérialisée. Notons que la version dématérialisée offre de nombreux avantages : attractivité, interactivité, mises à jour régulières, dynamisme, facilité d’accès… Les collaborateurs utilisent au quotidien des plateformes en ligne, l’entreprise doit donc prendre en compte l’expérience utilisateur pour leur permettre d’accéder en quelques clics au contenu recherché.

Combiner une première version papier et une version numérisée par la suite est envisageable. Le BSI peut prendre la forme d’un tableau excel, d’un fichier PDF (incluant des images, des animations, des graphiques, des vidéos…), d’une plateforme en ligne…

 

Étape 4 : mettre en place un plan de communication

Enfin, pour garantir le succès du bilan individuel, l’entreprise doit communiquer correctement autour de lui, de ses objectifs de transparence, d’équité et  de pédagogie concernant sa politique sociale et salariale. En effet, préparer le terrain, susciter la curiosité, informer et familiariser les talents avec le type de support et les bénéfices du BSI est essentiel.

Le bilan social individuel peut être remis au talent lors de son arrivée au sein de l’entreprise, lors d’un entretien ou de négociations de salaires.

 

Bilan individuel, ce qu’il faut retenir : les 3 enjeux

Développer la marque employeur

Le bilan social individuel est un outil de communication au service de la marque employeur de l’entreprise. Dans un contexte où les employés peuvent émettre un avis ou donner une note à propos des entreprises, préserver et développer sa marque employeur est indispensable. En effet, le bilan social individuel valorise la politique sociale et salariale de l’organisation en mettant en valeurs ses engagements, actions sociales, la politique de rémunération ou tous les avantages dont bénéficient les collaborateurs (transports, ordinateur, prévoyance, tickets restaurants, formation, places en crèche…). Le bilan individuel est personnalisable et adaptable à la culture d’entreprise, son image de marque, ses codes, sa charte graphique ou encore son actualité. En faisant cette démarche à la fois stratégique et pédagogique d’information, l’image de marque est améliorée, les collaborateurs fidélisés et de nouveaux talents attirés.

 

Engager, fidéliser et motiver les collaborateurs de façon individuel

Ainsi, le bilan social individuel participe à l’attractivité et la compétitivité de l’entreprise dans un contexte de guerre des talents et de tensions de recrutement accrues.

En effet, les collaborateurs sont de plus en plus à la recherche d’authenticité, de transparence et de sens, deux éléments fondamentaux liés à la fidélisation et l’engagement que le BSI peut mettre en valeur. De plus, le BSI peut être remis aux nouveaux arrivants lors de leurs parcours d’onboarding pour leur présenter la politique salariale et les avantages dont ils bénéficieront.

 

Valoriser la gestion des ressources humaines de manière plus individuel grâce au bilan social individuel

Le bilan individuel permet de valoriser le travail des professionnels RH. En effet, la politique salariale d’une entreprise ne se résume pas au bulletin de salaire d’un collaborateur. Le bilan social individuel permet donc d’expliquer son fonctionnement et de mettre en valeur la politique d’engagement dont les employés bénéficient, la politique de gestion de carrière, de formation…

Ainsi, la transparence est placée au cœur du processus de communication RH. Le bilan met en lumière, avec pédagogie et en respectant les valeurs de la structure, un des sujets propres aux professionnels des ressources humaines et souvent tabou : la rémunération. Le bilan social individuel (BSI) offrira à vos collaborateurs plus de clarté sur leur propre condition au sein de votre entreprise.

 

Laurène Boussé

 

Articles RH en relation

Entreprises : pourquoi la transition digitale est-elle si importante ?

Les 25 entreprises françaises avec les meilleures équipes dirigeantes

Harcèlement chez France Télécom , des peines alourdies requises par le parquet