Licencié(e) et bientôt divorcé(e) !

Nadine REGNIER ROUET, Avocat à la Cour, spécialisé en droit social, nous apporte son expertise et son regard sur l'actualité du droit social.

 

Licencié(e) et bientôt divorcé(e) : devez-vous partager par moitié vos indemnités avec votre futur ex-conjoint ? « Quelle question ! », me dîtes-vous… Et voici pourtant la réponse qu’a donnée la Cour de cassation dans un arrêt du 29 juin 2011 (cass. Civ 1re, n° 10-23373) :

 

Les faits

 

Dans ce couple sur le point de se désunir, Madame reçoit diverses indemnités (de rupture et transactionnelle) lors de la rupture de son contrat de travail pour licenciement économique à hauteur de plus de 260.000 euros. Les indemnités réparent globalement les divers préjudices – personnel et de carrière – subis par Madame du fait de la rupture.

 

Celle-ci est mariée sous le régime de la communauté légale, régime applicable par défaut aux époux qui n’ont pas fait le choix d’un régime spécifique par contrat de mariage ; par conséquent, ce régime régit légalement des millions de couples français.

 

Madame conteste devoir partager par moitié avec Monsieur, dont elle divorce,  le montant de ses indemnités.

 

Désavouée par les juges du fond, elle s’entête et porte l’affaire devant la Cour de cassation.

 

La décision

 

Et…  c’est Monsieur qui obtient de la Cour de conserver sa moitié des indemnités.

 

La Cour rappelle que le capital global et forfaitaire versé au titre des indemnités de carrière à un époux marié sous un régime communautaire a le caractère de « bien commun » appartenant de ce fait aux deux époux.

 

Les « biens communs » sont ceux qui sont acquis par l’un ou l’autre des époux durant le mariage (biens acquis à titre onéreux, salaires, etc.). Une exception notable concerne toutefois les indemnités perçues par l’un des époux durant le mariage pour réparer son préjudice corporel ou moral.

 

Hélas, les sommes versées à Madame sont « globales et forfaitaires », ne distinguant pas entre la réparation du préjudice financier et celle du préjudice moral résultant de la rupture de son contrat de travail. Elle ne peut donc soustraire quelque partie que ce soit de ces indemnités au partage par moitié avec Monsieur.

 

L’arrêt précise, d’ailleurs, qu’il n’incombe pas aux juges saisis de réaliser, à partir des indemnités globales en cause, la ventilation entre les sommes réparant un préjudice moral – appartenant exclusivement  à celui qui a subi ce préjudice – et les sommes réparant un préjudice autre – qui tombent dans la communauté.

 

 

 

Nadine REGNIER ROUET

Avocat à la Cour spécialisé en droit social

www.n2r-avocats.com

 

 

 

 

 A propos de Nadine REGNIER ROUET

 

« La performance juridique pour votre succès »

Avocat au Barreau de Paris

Certificat Barreau de Paris de spécialisation en droit social depuis 1985

Intervient, avant tout, en conseil et audit de votre dossier pour vous permettre de décider en toute connaissance de vos droits et risques potentiels

Le Cabinet d’avocats propose toute la gamme des activités juridiques et judiciaires de l’Avocat, du conseil à la négociation et au contentieux du travail – Intervient en français, anglais et espagnol

Ecoute, conseil, proximité, engagement

 

Pour en savoir plus : www.n2r-avocats.com

 

 

 

Articles RH en relation

Prime Macron 2022 : quoi de neuf pour la PEPA ?

Comment gérer la formation des élus CSE dans l’entreprise ?

Un mois de jurisprudence sociale : les actualités d’avril 2022